Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 14:04
Plaine orientale

Plaine orientale

Milan royal
Milan royal

Pour le troisième voyage sur l'île de beauté, nous décidons de parcourir de nouvelles régions, au programme : la plaine orientale, le Cap Corse et le désert des Agriates.

Busard des roseaux

Busard des roseaux

Faucon Kobez

Faucon Kobez

Etang d'Urbino
Etang d'Urbino

La première semaine était particulièrement mitigée au niveau météo, mais cela nous a permis de voir de nombreux oiseaux migrateurs sur la commune de Linguizetta.

Criquet cylindrique
Criquet cylindrique

Sur la côte orientale, il y a de nombreux étangs saumâtres et lagunes. La plus connue est celle de Biguglia avec sa réserve naturelle. Nous nous sommes rendus à Urbino, c'est un site magnifique et pas trop fréquenté.

Dans les roselières, un étrange criquet joue à cache-cache, c'est le Criquet cylindrique !

Grenouille de Berger
Grenouille de Berger

La Grenouille de Berger s'est laissée admirer quelques minutes avant de plonger !

Portrait de Crapaud vert
Portrait de Crapaud vert

Côté amphibiens, les Crapauds verts étaient à la fête tous les soirs avec les petites pluies et la fraîcheur de la nuit.

Crapaud vert suivant la piste des fourmis

Crapaud vert suivant la piste des fourmis

Cap Corse
Cap Corse

Côté Cap Corse, les paysages sont à couper le souffle ! Les roches se mélangent entre-elles offrant une palette de texture et de couleur hors du commun. Un petit détour à la plage de Nonza, nous aura permis de gratouiller dans les galets pour découvrir une variété incroyable de couleur émeraude.

Plage de Nonza

Plage de Nonza

Coquelicots à Nonza

Coquelicots à Nonza

Site d'Ostriconi

Site d'Ostriconi

Dunes d'Ostriconi
Dunes d'Ostriconi

La plus grande surprise cette année, reste la découverte du site d'Ostriconi.

Ostriconi

Ostriconi

La Balagne

La Balagne

Pie-grièche à tête rousse
Pie-grièche à tête rousse

Un petit détour dans le désert des Agriates.

Pie-grièche écorcheur et mouche !

Pie-grièche écorcheur et mouche !

Fadet tyrrhénien

Fadet tyrrhénien

Serapias cordigera

Serapias cordigera

Couleuvre à collier de Corse

Couleuvre à collier de Corse

vallée d'Asco
vallée d'Asco

Pour finir, nous avons fait une petite escapade en vallée d'Asco. Petite randonnée où nous croiserons une femelle et un jeu de Mouflon corse.

Mouflons corses

Mouflons corses

Published by Naturalistes
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 21:09
Juvénile se nourrissant avec un adulte sur des citronniers
Juvénile se nourrissant avec un adulte sur des citronniers

Pour faire suite aux premiers articles concernant notre séjour à Fuerteventura, voici un zoom sur quelques oiseaux observés durant la première semaine de février.

Commençons par un zoom sur la Mésange bleu de Téneriffe. Nous avons eu l'occasion d'observer un juvénile et un adulte dans une plantation d'agrumes et dans des oueds à palmiers.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura
Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura
Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura

Belle observation à moins d'un mètre, le contraste de la tête avec le reste du corps est flagrant. Le bec semble plus proéminent et sur cet individu il y a une légère barre alaire.

Faucon crécerelle à Bétancuria
Faucon crécerelle à Bétancuria

Nous continuons avec les rapaces, une espèce couramment observée est le Faucon crécerelle. Un mâle se toilettera pendant de longues minutes à Bétencuria.

Buse survolant un champ de lave à La Oliva
Buse survolant un champ de lave à La Oliva

Plus rare et assez localisée, la Buse variable des Canaries s'observera ponctuellement à la Oliva et autour de Bétancuria.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura
Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura

Le seul vautour fréquentant l'archipel est le Percnoptère d'Egypte. Nous avons eu la chance de trouver un dortoir de 3 adultes à proximité de la vallée de la Fimbapaire (au niveau d'un futur tracé d'autoroute !!!!).

Une rencontre inattendue avec le Faucon de Barbarie !
Une rencontre inattendue avec le Faucon de Barbarie !

Et pour finir, cette magnifique rencontre à proximité de la retenue d'eau de Los Molinos de deux individus de Faucon de Barbarie.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura

Un des rares corvidés de l'île, le seul d'ailleurs, le Grand corbeau des Canaries (plus petit que son cousin européen).

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura

Avec la Fauvette mélanocéphale et quelques Fauvettes à tête noire hivernantes, la Fauvette à lunettes semble localiser à quelques secteurs riches en végétation arbustive. Nous avons observé un couple nourrir sa progéniture.

Une espèce endémique peu farouche !
Une espèce endémique peu farouche !

Parmi les espèces incontournables, nous pouvons également cité le Tarier des Canaries observé à quatre reprise furtivement, puis par chance, dans un secteur de ravin un individu immature s'est approché à quelques mètres.

Courvites isabelles en plaine de Tindaya
Courvites isabelles en plaine de Tindaya

De retour à Tindaya, pour essayer de voir les Outardes houbara, nous avons croisé une famille de Courvite isabelle. Voici quelques images de cette furtive rencontre !

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura
Alouette pispolette au petit matin
Alouette pispolette au petit matin

Dans la plaine des alouettes s'égosillent, il s'agit de l'Alouette pispolette présente en grand nombre dans ces décors désertiques.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura

Non loin de là, des Perdrix gambra se faufilent parmi la rocaille.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura

L'oiseau le plus commun restera la Pie-grièche méridionale avec de nombreuses observations contactée sur la majorité des sites prospectés.

Une tourterelle africaine
Une tourterelle africaine

Des espèces africaines se sont peu à peu acclimatées sur Fuerteventura, c'est notamment le cas de la Tourterelle maillée, observée ici et là mais jamais en abondance contrairement à la Tourterelle turque.

Bain de soleil pour la Huppe fasciée
Bain de soleil pour la Huppe fasciée

Enfin quelques beaux moments avec l'observation de cette Huppe fasciée et de ce Rouge-queue à front blanc.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura
La surprise du voyage !
La surprise du voyage !

Et enfin le bonus fut l'observation d'une espèce chère aux ornithologues amateurs de migration automnale sur les îles bretonnes : le Pouillot à grands sourcils. Deux individus différents seront observés au cours de notre séjour, un dans le parc autour de l'église de Antigua et l'autre dans les jardins luxuriants de Pajara.

Quelques oiseaux observés en janvier 2016 sur l'île de Fuerteventura
Published by Naturalistes
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 16:45

Fin mars, les tempêtes frappent les côtes du pays de Caux.

Les mouettes tridactyles sont installées sur leurs nids sous le cap Fagnet.

La colonie de mouettes tridactyles (Fécamp)
La colonie de mouettes tridactyles (Fécamp)
La colonie de mouettes tridactyles (Fécamp)

La colonie de Fécamp compte plusieurs centaines de nids. Jusqu'à 368 .

Sous le cap; des grottes. Ce sont des anciens Karst fossiles qui évacuaient les eaux des nappes phréatiques avant que la faille géoloqique de Fécamp ne fasse monter le côté nord.
Sous le cap; des grottes. Ce sont des anciens Karst fossiles qui évacuaient les eaux des nappes phréatiques avant que la faille géoloqique de Fécamp ne fasse monter le côté nord.

Sous le cap; des grottes. Ce sont des anciens Karst fossiles qui évacuaient les eaux des nappes phréatiques avant que la faille géoloqique de Fécamp ne fasse monter le côté nord.

Craie noduleuse. Mouvement de sédiments pendant le dépôt.

Craie noduleuse. Mouvement de sédiments pendant le dépôt.

Gros silex.

Gros silex.

Glauconie verte dans de la craie.( minéral argileux)

Glauconie verte dans de la craie.( minéral argileux)

érosion très rapide des blocs de craie à la base de la falaise.
érosion très rapide des blocs de craie à la base de la falaise.

érosion très rapide des blocs de craie à la base de la falaise.

Le cap par temps plus calme. François

Le cap par temps plus calme. François

Published by Naturalistes
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 18:12
Fécamp en février

Les coups de vent se suivent sur la côte. Peu d'oiseau à l'abri dans le port.

Au large, les fous de Bassan et les goélands marins survolent les vagues.

Jetée fermée à cause du vent et de la houle.
Jetée fermée à cause du vent et de la houle.

Jetée fermée à cause du vent et de la houle.

fous de Bassan au large.
fous de Bassan au large.

fous de Bassan au large.

Sous le cap Fagnet, peu de changement les grands cormorans sont toujours sur la falaise.

Par contre il est assez amusant de voir les grands cormorans voltiger comme des mouettes poussés par les vents violents.

Fécamp en février

Entre les pluies et les giboulées, un jour de beau!

Un sortie à Etretat s'impose. Ce n'est pas l'invasion des jours d'été, mais les promeneurs arpentent les sentiers et les plages.

Vu vers l'ouest et le cap d'Antifer.

Vu vers l'ouest et le cap d'Antifer.

La partie est. Les goélands argentés sont envahissants et ont un comportement genre pigeon.

La partie est. Les goélands argentés sont envahissants et ont un comportement genre pigeon.

Les portes .
Les portes .

Les portes .

Entre Fécamp et Etretat les falaises sont très fragiles; de nombreux éboulements émaillent les rivages.

Grainval.
Grainval.

Grainval.

Vaucottes

Vaucottes

La Valleuse d'Eletot est fermée car l"accès est dangereux.

Pluie et vent sur Eletot. Le ciel est noir orage.

Pluie et vent sur Eletot. Le ciel est noir orage.

Les fulmars sont très présents dans les fissures. Les couvées ont commencé.

Fécamp en février
Fécamp en février
Fécamp en février

Les bateaux du port ne sortent pas tous les jours. Par temps de vent les arrivages à la criée sont maigres.

Lendemain de tempête.

Lendemain de tempête.

Jour plus calme.

Jour plus calme.

François

François

Published by Naturalistes
commenter cet article
2 mars 2016 3 02 /03 /mars /2016 16:38
Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

Poursuite de la découverte de cette île des Canaries sous le vent et le soleil. Direction le nord-ouest de l'île vers le port d'El Cotillo. Les restaurants sont réputés pour servir les meilleurs plats de poisson de l'île ! Mais avant, nous empruntons une piste longeant la côte entre Majanicho et le phare accueillant le musée de la pêche traditionnel.

Des couleurs surréalites !

Des couleurs surréalites !

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

La côte battue par les vents de nord est très découpée. Quelques petites anses abritées, profitent aux limicoles : Bécasseau sanderling, Bécasseau variable, Grand Gravelot, Gravelot à collier interrompu, etc. Parfois quelques espèces néarctiques peuvent y être observées, ce n'était pas le cas ici, dommage !

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

Pour les autres espèces observées dans ce secteur, on notera le Courlis corlieu (commun), l'Aigrette garzette (assez commune) et un Grand cormoran (rare, une seule observation).

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

Nous arriverons à El Cotillo, où les surfers se pressent sur les rouleaux et s'engouffrant dans les tubes. Les goéland leucophée sont omniprésents, mais en mer c'est bien calme !!!

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

Après une dégustation de carpaccio de mérou et de calamar grillé à la plancha, direction le sud dans des secteurs de plaines steppiques à la recherches des oiseaux caractéristiques de ces milieux.

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

Mais les seuls occupants de ces paysages arides sont les insectes. On notera la présence du Marbré de vert (Pontia daplidice, piéride peu commune dans le nord ouest de la France), de l'Anax porte-selle (Hemianax ephippiger) et de plusieurs "criquets à bosse (Dericorys lobata).

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

Côté mammifères, nous observerons à plusieurs reprises l’Écureuil de Barbarie sur des ruines ou à l'entrée de leur terrier.

Fuerteventura : secteur nord ouest et El Cotillo

En soirée, retour à La Oliva, où une Pie-grièche méridionale se toilette après le coucher du soleil !

Olivier Vannucci

Published by Naturalistes
commenter cet article
14 février 2016 7 14 /02 /février /2016 08:00
Vue de Fuerteventura à l'atterrissage !
Vue de Fuerteventura à l'atterrissage !

Cela faisait près de 8 ans que je voulais découvrir cet archipel des Canaries, des espèces endémiques, un climat doux et agréable en hiver et des paysages à couper le souffle... Bref tout pour motiver un naturaliste en vacances ! Les îles Canaries regroupent 7 îles : Tenerife, Gran Canaria, El Hierro, La Gomera, La Palma, Lanzarote et Fuerteventura. Chaque île possède son "caractère" et nous choisirons Fuerteventura pour la diversité des habitats et sa proximité avec le continent africain.

Carte de localisation :

http://www.google.fr/maps/place/%C3%8Eles+Canaries,+Espagne/@28.4260613,-18.0971522,7z/data=!3m1!4b1!4m2!3m1!1s0xc41aa86ef755363:0x10340f3be4bc8c0

Rattaché à l'Espagne, cet archipel est bien connu des ornithologues pour ses oiseaux endémiques comme le fameux Tarier des Canaries.

Nous décollons de Nantes à 7h50 avec une escale à Madrid pour une arrivée à l'aéroport de Puerto del Rosario à 13h15 (attention 1h de décalage horaire). Après avoir récupéré notre voiture, direction la capitale pour découvrir la gastronomie de l'île. Poissons grillés savoureux chez Tino sur le port avec un jus de citron de île, déjà 22 °C !

En route pour la montagne sacrée de Tindaya à l'est de l'île !

Montagne sacrée de Tindaya

Montagne sacrée de Tindaya

En commençant l'ascension de petits sons de klaxon trahissent la présence du Roselin githagine afféré en couple à se nourrir de plantes succulentes.

Roselin githagine (Bucanetes githagineus).

Roselin githagine (Bucanetes githagineus).

Depuis le sommet, nous dominons à l'est la plaine de Tindaya, un des meilleurs site de l'île pour l'observation de l'Outarde Houbara, du Courvite isabelle et du Ganga unibande. Si vous avez un bon véhicule pas forcément notre cas, vous pouvez explorer cette plaine steppique en parcourant les pistes plus ou moins carrossable. Nous avons eu la chance d'observer deux Outardes Houbara depuis la voiture.

Outarde Houbara sur les pistes de la plaine de Tindaya.

Outarde Houbara sur les pistes de la plaine de Tindaya.

Un individu en vol, la plage blanche au bout des ailes très caractéristique.

Un individu en vol, la plage blanche au bout des ailes très caractéristique.

Plaine de Tindaya, à la recherche des Outardes Houbara.

Plaine de Tindaya, à la recherche des Outardes Houbara.

Cache cache avec les outardes !

Cache cache avec les outardes !

Ganga unibande se nourrissant à l'abri du vent.

Ganga unibande se nourrissant à l'abri du vent.

Après une demi-heure aucun signe du Courvite isabelle, nous décidons alors de rejoindre notre hébergement à La Oliva. Mais sur la route, première rencontre avec le Pipit de Berthelot, très peu farouche !

Pipit de Berthelot première observation de l'espèce !

Pipit de Berthelot première observation de l'espèce !

De profil...

De profil...

Malpais de la Arena.

Malpais de la Arena.

Les paysages autour de La Oliva sont très volcaniques, les coulées de lave (appelées Malpais) donnent une impression très austère et mystérieuse ! Nous nous sommes approchés de la montagne de la Arena pour contempler l'immensité minérale.

Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis koenigi).

Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis koenigi).

Un brin de toilette avant la nuit !
Un brin de toilette avant la nuit !

Les Pie-grièches investissent les jardins et nous sommes surpris de cette proximité sur notre lieu d'hébergement. Les Moineaux espagnols se regroupent pour un petit brin de toilette avant la nuit.

La nuit venue, nous serons accueillis par Pedro de la Casa de Las Portadas, qui restaure une ancienne ferme d'époque. Le vent se lève et commence à souffler, une bonne nuit de sommel nous attend car demain direction El Cotillo !

Olivier Vannucci.

Published by Naturalistes - dans Les Iles
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 12:05

Je profite d'une panne d'appareil photo pour me tourner plus vers mes carnets de dessins.

La ville de Fécamp. Les falaises côté ouest et la jetée d'entrée du port.

La ville de Fécamp. Les falaises côté ouest et la jetée d'entrée du port.

Le platier ouest se déroule jusqu'à Yport.

Le platier ouest se déroule jusqu'à Yport.

Entre le casino de Fécamp et le petit port d'Yport le passage se fait le long de la falaise.Le cheminement parmi les galets de silex n'est pas des plus facile et surtout attention au retour de la mer à marée haute.

Trois fulmars se réfugient dans les cavités de la falaise. Au loin le cap Fagnet .

Trois fulmars se réfugient dans les cavités de la falaise. Au loin le cap Fagnet .

Sur le port de Fécamp.

Les goélands surtout des argentés parmi les bateaux de pêche et sur les quais.

Pipits maritimes sur le cordon de galets.

Pipits maritimes sur le cordon de galets.

Vieux grééments.

Vieux grééments.

En arrivant à Yport, les bateaux aux couleurs bariolées se reposent sur la plage.

Falaise avec sa poche d'argile.

Falaise avec sa poche d'argile.

La plage avec la pointe du Chicard et ses falaises à l'ouest.

La plage avec la pointe du Chicard et ses falaises à l'ouest.

Goélands argentés au repos sur la plage.

Goélands argentés au repos sur la plage.

Les barques d'Yport et un vieux gréements de Fécamp.

Les barques d'Yport et un vieux gréements de Fécamp.

Au dessus de Fécamp le cap Fagnet culmine à 120 m. C'est le domaine du vent (éoliennes et sémaphore).

Le jeu vertical de la faille de Fécamp a remonté une partie de craie pour obtenir le point le plus haut des falaises du pays de Caux.

Le cap vu de l'est. Sur les lits de silex se reposent les grands cormorans.

Le cap vu de l'est. Sur les lits de silex se reposent les grands cormorans.

Le Pays de Caux en hiver.

Les fous de bassan survolent les vagues au large du promontoire.

Le Pays de Caux en hiver.

Vers l'est de nombreuses valleuses entrecoupent les falaises. Par temps de pluie, elles peuvent se transformer en torrent.

A Senneville sur Fécamp la valleuse du val de mer.

Ajoncs en fleurs à Noël et chou maritime.

Ajoncs en fleurs à Noël et chou maritime.

Le Pays de Caux en hiver.

La cap Fagnet et à 2 h. de marche à marée basse.

Hélas; le soleil se couche.

Une future balade ?

La falaise présente pour la dernière fois en allant vers l'est une structure en deux niveaux.

Une préfalaise composée d'éboulis ayant glissés sur des niveaux argileux précède la falaise de craie du crétacé.

François

Published by Naturalistes
commenter cet article
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 20:09

Sur le flanc ouest du Lozére se situe une zone de tourbières très riche.

Un vrai paradis pour les libellules.

le lac du Barrandon
le lac du Barrandon

le lac du Barrandon

sympetrum danae mäles.
sympetrum danae mäles.
sympetrum danae mäles.

sympetrum danae mäles.

Libellule à quatre tâches.

Libellule à quatre tâches.

sympetrum jaune.

sympetrum jaune.

La tourbière est parcourue par de petits canaux peu larges.

Le terrain de jeu et de reproduction de la cordulie arctique

En patrouille .
En patrouille .

En patrouille .

cordulie arctique.

cordulie arctique.

leste dryas

leste dryas

sympetrum à nervures rouges.

sympetrum à nervures rouges.

un petit récapitulatif pour finir.

un petit récapitulatif pour finir.

François

Published by Naturalistes
commenter cet article
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 22:02

La bambouseraie d'Anduze. Malgré le monde en recherche d'ombre et de fraîcheur; le site reste très accueillant.

Le jardin japonais.

Le jardin japonais.

Les différentes sortes de bambous.

Anduze et la bambouseraie
Anduze et la bambouseraie
Anduze et la bambouseraie
Anduze et la bambouseraie
Anduze et la bambouseraie
Anduze et la bambouseraie

Le jardin d'eau.

Reflets et des bonnes surprises animalières.

Anduze et la bambouseraie
Anduze et la bambouseraie
orthetrum coerulescens

orthetrum coerulescens

agrion de van der Linden.

agrion de van der Linden.

couleuvre vipérine.

couleuvre vipérine.

François

Published by Naturalistes
commenter cet article
15 décembre 2015 2 15 /12 /décembre /2015 21:34

En pleine chaleur, une montée au mont Aigoual est une promesse de fraîcheur. En ce mois de juillet pas d'exception: nous passons de 35° à 15°. Un vent d'ouest secoue les herbes des prairies.

vue vers l'est et la vallée du Rhône.

vue vers l'est et la vallée du Rhône.

L'observatoire.

L'observatoire.

En redescendant vers les Causses. Un passage obligé pour voir les vautours des gorges de la Jonte.

L'aigoual et les gorges de la Jonte.
L'aigoual et les gorges de la Jonte.
L'aigoual et les gorges de la Jonte.
L'aigoual et les gorges de la Jonte.

Un passage par Meyrues et le causse Méjean.

Nîmes le vieux.
Nîmes le vieux.
Nîmes le vieux.

Nîmes le vieux.

François

Published by Naturalistes
commenter cet article