Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 décembre 2013 6 28 /12 /décembre /2013 14:31

En ces fêtes de fin d'année, on vous propose de partager notre périple écossais du mois d'août dernier, histoire de se remémorer de biens beaux paysages en cette grisaille persistante du nord de la France (bien que ça ne soit pas vraiment mieux en Ecosse en co moment !).

 

Bref, il a fallu une journée de traversée de l'Angleterre en voiture pour arriver en fin d'après-midi de début août. Bon, autant le dire tout de suite, si vous devez partir en Ecosse ne partez surtout pas en août, les colonies d'oiseaux marins sont déjà désertés et la flore déjà passée. Préferer plutôt le mois de juin qui plus est le mois le plus ensolleilé avec septembre.

Reprenons, nous arrivons donc à l'extrème sud-est de l'Ecosse juste après avoir traversé la frontière pour faire une première halte à Saint Abb's Head. Nous profitons d'un magnifique coucher de soleil sur des éoliennes !!!!

High View Caracan Park

Saint Abb's Head est réputé pour son importante colonie d'oiseaux marins notamment de Macareux moine. Mais, malheureusement il ne restait plus qu'un couple de Pinguoin torda et de nombreuses Mouettes tridactyles.

 

Après quelques jours passés à Edimbourg pour profiter du festival de spectacles de rue nommé Fringe, nous continuons notre route vers le Parc national des Cairngorms. Leur gestion de la lande est particulière, les chasseurs pratiquent l'écobuage c'est-à-dire qu'ils brûlent des langues de lande afin de régénérer celle-ci mais surtout de pourvoir chasser plus facilement le Lagopède d'Ecosse très commun dans ce parc national.

Ce parc accueille aussi de très vieux boisements de Pin d'Ecosse, c'est très impressionnant d'être immergé dans ces forêts tortueuses qui invitent à l'imagnination ! N'hésitez surtout pas à sortir des chemins battus pour découvrir ces vieux bois !

Loch an Eilein

Bien sûr il n'y a pas que les arbres, il y a les tourbières aussi. Celle de Uath Lochan vaut le détour. Un chemin en caillebotis permet de la traverser sans se mouiller les pieds et surtout d'être au contact de cette végétation particulière et particulièrement rare en France planitaire. Ici on retrouve en mélange les pieds dans l'eau le Trèfle d'eau (Menyanthes trifoliata) et le Comaret (Potentilla palustris).

Uath Lochan

Plus proche des berges, les Linaigrettes (joliement nommées Cotton-grass en anglais) prennent le relais et sont bercées par le vent. Certaines invitent à la rêverie comme les vieux arbres !

Eriophorum

 

Et puis, toujours plus au nord, nous rentrons dans les fameuses Highlands où la forêt laisse définitivement la place aux landes et tourbières à perte de vue. La route se retrécissent pour devenir des "single-track roads". En fonction de l'endroit où se trouve les passing place, on doit se ranger mais contrairement à la France, ici les gens ne sont pas du tout stressés par la route et font régulièrement des signes de courtoisie.

A836

Les troupeaux de moutons cassent la monotonie imposée par le paysage. Il y a tellement rien à brouter que les moutons se concentrent sur les bas côtés. On doit donc très souvent ralentir pour les regarder tranquillement brouter le long de la route !

DSC09192

La route vers le nord finit bien par s'achever et nous arrivons donc face à le mer mais la baie de Torrisdale mérite bien qu'on s'y arrête. Totalement méconnue des guides touristiques, cet interstice dunaire formé par deux estuaires est tout simplement magnifique. Se retrouver seuls au monde sur ce sable très peu foulé par l'Homme a quelque chose de grisant !

Torrisdale Bay

 

Direction la pointe Nord-Ouest apellée Cape Wrath pour se retrouver sur les plus hautes falaises. L'occasion pour nous d'observer pour l'unique fois durant le voyage le Guillemot à miroir baignant au large du cap.

Vaste terrain militaire, nous ne pouvons malheureusement pas sortir des sentiers par crainte de tomber sur un explosif !

Cape Wrath

Maintenant, il est temps de retourner tranquillement vers le sud en longeant la côte ouest. Nous continuons à prendre les petites routes (de toute façon il n'y a que ça !) en faisant bien attention de ne pas écraser les crapauds !

People on Road !

Les colonies d'oiseaux marins sont très présentes de ce côté de l'Ecosse. L'ile de Handa en aceuille de nombreuses espèces avec notamment les deux espèces de Labbe (Grand Labbe et Labbe parasite). A la pointe du phare de Stoer, on peut également voir les colonies de Fulmar et Mouette tridactyle si on ne veut pas prendre le bateau !

Fulmar

Ce bout de terre se détache pour laisser un rocher seul en mer haut de 60 mètres, le "Old man of Stoer".

Old Man of Stoer

Les landes et tourbières continuent de nous accompagner dans ce voyage. Ici, les Rhynchospores et les Narthécies sont très communes (aussi communes que le Ray-grass chez nous).

Narthécie et Rhynchospore

Les observations entomologiques restent rares et discrètes mais je suis content de trouver cette chenille de Acronicta menyanthidis, rare en France  mais beaucoup plus commune dans ce pays ! (cf. UKMoths.org.uk)

Acronicta menyanthidis

Voir l'Ecosse sans voir l'île de Skye serait vraiment dommage. L'ile est l'image de tout ce que peux offrir l'Ecosse notamment au niveau du relief. Un exemple avec le petit massif des Quiraing très découpé pendant le seul moment où le soleil a réussi a réussi à se frayer un chemin à travers les nuages !

Quiraing

Voilà, notre périple touche à sa fin mais une chose est sûre, on reprendra notre chemin vers l'Ecosse un jour ou l'autre.

Tarbat Ness Lighthouse

 

Marek et Pauline

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Europe
commenter cet article

commentaires