Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 14:13
Décidément, le mardi sera le jour de la semaine pour les marches en solitaires. C'est ainsi que par deux fois, deux semaines de suite, j'ai pu m'adonner à mes déambulations en redécouvrant des milieux de rivières... le Bras de la Plaine et l'un de ses affluents, le Bras des Roches Noires!
11 DSCN0097
Les sommets dominants les bras de la Plaine et des Roches noires.

La première balade est consacrée au bras de la Plaine, rivière principale de ce secteur sud ouest de l'Ile. Le principe de mon circuit est de descendre vers le lit de la rivière à hauteur de la Plaine des Cafres (de 1300m à 600m d'altitude), puis de descendre le lit de la rivière (sur 7 km) jusqu'à hauteur de Pont d'Yves, où il suffit de remonter (de 350m à 800m d'altitude)!
12 DSCN0099
J'aborde le village de Grand Bassin, avec ses moineaux domestiques et ses Merles Maurices, tous introduits et pullulant en milieu humain.
15 DSCN0210
Aussitôt dépassé le bas du villages et son "voile de la Mariée", des visions plus tranquilles s'offrent aux yeux, comme ce jeune Tec-tec ou Tarier de la Réunion (Saxicola tectes) qui semble venir voir ce que je suis.
13 Saxicola tectes
Arrivé aux abords du cours d'eau, une faune aquatique profite des parties au courant plus calme: Anax imperator (sous espèce éthiopienne) ou encore Trithemis haematina chasse au dessus, tandis que sous la surface des Gobies non déterminés flirtent avec les tétards du crapaud africain (Bufo gutturalis), présents dans n'importe quel zone d'eau.
16 Trithemis haematina
              
La randonnée se complique alors puisqu'à la date où nous sommes, les premières pluies prennent les hauteurs de l'Ile et grossissent sensiblement le cour d'eau qui prend des allures de torrent... encore franchissable puisque je vous raconte comment ça s'est passé!
17 Actitis hypoleucos
Tandis que je mouille jusquà ma culotte pour progresser, quelques belles observations viennnent m'encourager: trois Chevaliers guignette se jouent du torrents et s'alimentent entre les galets (individu originaire a priori d'asie, ce qui explique des proportions bien plus élancées qu'en métropole). La frustration reste cette demoiselle noire et bleue qui me passe sous le nez alors que j'ai de l'eau jusqu'à la taille et que mes deux mains me sont plus utiles à garder mon équilibre le long de la paroie rocheuse qu'à prendre mon appareil photo!
Le lit minéral de la rivière en plaine érosion permet de voir des passages rocheux en voûtes, dont certain accueille des colonies de Salanganes des Mascareignes, sorte de martinet local. La progression vers l'aval du cours d'eau voit le lit se végétaliser: les espèces pionnières se mellent aux espèces de zones humides comme cette grande prêle (Equisetum ramosissimum) abondante par endroit!
19 Equisetum ramosissimum
Après de nombreuses traversées de la rivière, j'arrive enfin à reprendre un sentier, c'est le début de la fin et un Zoizo la vierge (Terpsiphone bourbonnensis bourbonnensis) m'accueille...
10 Terpsiphone bourbonnensis bourbonnensis
Cette première balade m'aura fait faire 6 heures de marches, de quoi vérifier que la machine marche bien!
A suivre...
Benoit

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Les Iles
commenter cet article

commentaires