Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2009 3 15 /04 /avril /2009 16:56
De retour d'Espagne, ah l'Espagne, ses paysages, ses oiseaux... Un petit florilège de la faune observée durant la semaine sainte !

Voici un panorama, vu du Parc Naturel de Monfraguë en Estrémadure, ce paysage de plaines et de collines couvert de chênes lièges recouvrent des centaines d'hectares de surfaces agricoles. Sous les arbres, bovins, équins, porcins et ovins pâturent de manière plutôt extensive !!!

Un oiseau qui ne passe pas inaperçu, la Pie bleue (Cyanopica cyana) avec son cri si typique et sa curiosité sans pareille !

Dans le ciel de nombreux rapaces cerclent, ici un Aigle botté (Hieraaetus pennatus) qui restera très présent tout au long du séjour.

Une autre habituée des lieux et avec des populations denses, la Pie-grièche à tête rousse (Lanius senator), posée sur les clôtures, les buissons ou encore à la cime des arbres.

Le Vautour fauve (Gyps fulvus), ce voilier qui parcourt des kilomètres et des kilomètres pour trouver sa pitance en compagnie du Vautour moine (Aegypius monachus), du Vautour percnoptère (Neophron percnopterus) et des Milans noirs (Milvus migrans).

 


L'oiseau qui égaye le ciel ! Le Guêpier d'Europe (Merops apiaster), partout, en groupe chassant en vol, patrouillant à plusieurs en quête d'insectes...


 C'est ce que l'on appelle le birdwatch clôture !

 


L'oiseau dont le chant nous résonne encore dans la tête, tellement présent et dans tous les milieux : le Bruant proyer (Miliaria calandra).



L'Hirondelle rousseline (Hirundo daurica) en pause lissage de plumes !!!


Un petit passereau en halte migratoire pré-nuptiale, le Tarier des prés (Saxicola rubetra) qui se laissera admirer le temps d'une photo !


Des Hirondelles rustiques (Hirundo rustica) qui font face au vent, dans les plaines de Caceres...


Le Coucou geai (Clamator glandarius) qui nous aura fait une courte apparition, mais tellement sympathique, sur la plaine de Bélen, et de l'autre côté les Grandes outardes appelées aussi Outardes barbues (Otis tarda) en parade.

Une quarantaine d'individus qui se balade tranquillement malgré le vent et la chaleur.

La Pie-grièche méridionale (Lanius meridionalis) également bien présente, se nourrissant de gros coléoptères capturés en vol ou au sol.

Les Faucons crécerellettes (Falco naumanni) nichent dans les murs de l'Eglise de Saucedilla...

La Talève sultane (Porphyrio porphyrio), qui ne fera que de brèves apparitions parmis les massettes et les roseaux.

C'est le cas aussi pour le Crabier chevelu (Ardeola ralloides), faisant confiance à son plumage en se camouflant dans la végétation, à l'affût du moindre poisson.

Sous les pierres, plus d'oiseaux mais des bêtes bizares s'y cachent, le Scorpion jaune (Buthus occitanus) nous montrera ses pinces.

Un Meloé non déterminé, avis aux amateurs !!!

Et pour finir, un papillon pas très courant chez nous, le Damier de la Succise (Euphydryas aurinia).

Olivier et Marek
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Europe
commenter cet article
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 09:39
Cinq jours sur la côte basque entre pluie et soleil.

Le parc de Pagoeta : sous la pluie. Superbe parc dans les montagnes au dessus de San Sébastian.
Jardin avec des plantes du monde entier.
Pour les plantes locales: la consoude tubéreuse et l'ancolie.

Le petit port de Guétary: port protègé de la houle du large. Une colonie de goélands leucophés et un petit pingouin musarde dans le port.































Sur le port, le premier soleil. Les femmes de pêcheurs en profitent pour réparer les filets.





























Le port de Mundaka avec ses goélands leucophés, ses petits bateaux de pêche et pour le premier jour un super soleil.Mundaka est un haut lieu du surf et surtout c'est l'entrée du ria de Guernica. Urdabaî réserve de la biosphère.

Mundaka

A l'entrée du ria. Le cap Ogono gros massif calcaire de 300 m.

Suite de la promenade et toujours sous le soleil. L'hermitage San Juan de Gaztelugatxe
Lieu de pélerinage dominant la mer de Biscaye.








































Peu de végétation sur le rocher. L'asphodèle, la Scille de printemps et le Genêt d'Espagne.

































Fini le soleil : une journée de pluie non-stop.
Petit tour sous la pluie à Zemaia. La plage permet de voir un affleurement du flysch pyrenéen.

Le flysch: dépots stratifiés de calcaire et d'argile provenant de l'érosion du centre des Pyrénées.
Il se dépose dans une mer à l'ouest des montagnes.
Désolé pour le jargon de géologue.
















Pour terminer un retour par les montagnes basques entre neige et moutons.


François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Littoral
commenter cet article
30 mars 2009 1 30 /03 /mars /2009 18:20
Les prairies bordant le Loir commencent à se parer de leurs premières fleurs.



Nivéole d'été et Fritillaire pintade

































François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Botanique
commenter cet article
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 11:36
Autour de la Flèche, les tritons sont en pleine activité.
Superbe le mâle de triton alpestre. François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Amphibiens
commenter cet article
15 mars 2009 7 15 /03 /mars /2009 18:32
Première journée de vrai beau temps sur la balastière de la Flèche.
Première libellule du printemps. Leste brun ( sympecma fusca)

















Premiers papillons: robert le diable, mais également paon de jour et citron.


Le réveil des rainettes parmi les pontes de calamites.














argyronète( l'araignée qui marche sur l'eau.)

François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 10:52
Petite virée nocturne hier soir sur les sites propices à certaines espèces. La douceur au rendez-vous et le vent absent ont permis de rencontrer ce petit crapaud aux allures de chien garde !

Le Crapaud calamite (bufo calamita) fréquente de nombreux habitats différents, souvent lié à des habitats ponniers, milieu ouvert avec une végétation plutôt rase et éparse. Souvent sur des substrats meubles, type sables- graviers... Du littoral à la carrière gravière-sablière en passant par les landes.

Un des critères qui saute aux yeux, c'est une ligne dorsal jaune qui part de la tête jusqu'à la base des pattes postérieures. Les tâches verdâtres bien présentes recouvrent la totalité du corps et des petits picots rouges apparaissent chez certains individus.

Le chant se repère d'assez loin, le concert avec les Rainettes, les Grenouilles agiles et les Crapuds communs raisonnait dans la nuit ; le printemps arrive !!!
Première ponte observée également :

Olivier et Flavien
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Amphibiens
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 08:31

Un petit condensé de mon service volontaire européen en Macédoine, pour ceux que cela intéresse de connaître un peu mon parcours dans ce beau pays, voici mon blog http://laboitedemacedoine.blogspot.com/

Yoann
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Europe
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 21:58

Sur le bord de la plage en face du château de Suscinio non loin de Sarzeau.
Passé le cordon de sable se développe de petits étangs. Peu de canards, mais la surprise de voir 5 spatules se nourrissant avec quelques tadornes.
Les jeunes présentent encore un bec entièrement jaune.

Aquarelle de terrain. Hélas pas de photos.
Chaumières bretonnes en passant par la Brière.



François.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 08:20
Avec un peu de retard cette année, le froid, la neige,... c'est qu'on n'y est plus habitué en plaine ! Les amphibiens eux aussi commencent à peine à regagner les lieux de reproduction. Hier, un temps doux et couvert petite excursion dans le monde de la nuit, pas de grandes découvertes mais des ambiances qui font parfois regréter de vivre de jour...

Voici un mâle de crapaud commun pressé par le fait de rejoindre une femelle au détour d'un tronc, d'un chemin ou tout simplement dans l'eau ! Ces yeux rouge brique et la pupille horizontale, facilitent sa détermination, et les callosités nuptiales (boursouflures noires permettant une meilleure fixation sur le dos de la femelle lors des amplexus) au niveau des pattes antérieures nous confirme le sexe.

Les crapauds ne sont pas seuls ce soir, les tritons palmés sont en route également moins rapides et plus discrets :

Chez les urodèles (tritons) la phase terrestre est beaucoup moins impressionnantes. Chez certains tritons comme le Triton crêté, le mâle arbore une crête dorsale gélatineuse, cet attribut nuptial ne durera que le temps de la phase aquatique !

Un autre protagoniste un peu rondouillard, une femelle de grenouille agile, pleine d'ovules :

Cette femelle déposera ses oeufs (souvent fixés pour éviter leur dérive) accompagnée du mâle, sur les plantes aquatiques  comme la glycérie,...de 500 à 1500 oeufs par amas.

Voilà ce qui se passe la nuit, tout près de chez nous, alors n'attendez plus, bottes aux pieds et lampe de poche à la main et en route...

Olivier
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Amphibiens
commenter cet article
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 17:28
...après les allumettes, les cagettes et les boites de camembert, le peuplier sert aussi de nourriture !!!

Les castors (castor fiber) s'activent, c'est la période où ils sont facile à repérer car très peu discrets !!!
voici quelques indices de sa présence :

Durant l’automne et l’hiver principalement, le castor coupe le tronc ou les branches de certains arbres et arbustes,
que ce soit pour se nourrir, ou pour avoir des matériaux pour ses constructions. Le castor s'attaque seulement certaines essences :
-Peupliers, tremble et saules en priorité
-Bouleaux, aulnes, noisetiers, frênes, si il ne trouve rien de mieux
Le castor s’attaque de préférence à des tiges de faible diamètre (5 à 8 cm), ce qui ne l’empêche pas cependant d’abattre parfois des arbres moyens (10-15 cm), voire plus gros (jusqu’à 80 cm de diamètre) pour les essences à bois tendre (peupliers et saules).
Il ne s'éloigne guère des berges, maximum 30 mètres, car il se déplace difficillement à terre, en cas de danger il peut rejoindre l'eau plus facilement quand il travaille sur une bande de 10 mètres le long des rivières ou cours d'eau. Lors des crue, il en profite pour s'aventurer plus loin dans le lit majeur.

Et sur une île, la hutte est construite à proximité de la berge, des apports réguliers de branches sont faites pour consolider la structure.

Olivier
Repost 0
Published by Naturalistes
commenter cet article