Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 16:56
Petit tour pendant les vacances d'été dans les Pyrénées côté espagnol (Pirineos aragoneses). Cet article consacré à mes 2 premiers jours de marche est sur la valle de Ordesa dans le "parque national de Ordesa y Monte Perdido" créé en 1918 grâce à l'initiative d'un français !Sur cette photo (Cascada de Cotatuero), on distingue bien que ce parc est constitué de calcaire profondement creusé par différentes rivières. Par conséquent, le dénivelé est très important dans ce massif partant de 700m dans la valle de Añisclo jusqu'au fameux Mont Perdu culminant à 3355m.
Une des dernières Orchidées encore en fleur : Epipactis atrorubrens.
Les criquets sont présents en nombre dans les estives entre 1500 et 2000m d'altitude. C'est une espèce dont je n'ai pas encore trouvé le nom...
Le clou du spectacle de cette balade est le "circo de Soaso" et sa cascade associée "Cola de Caballo" que tout bon espagnol va voir s'il est de passage dans le parc national. Au dos de ce cirque, le passage par la Brèche de Roland permet d'accèder au cirque de Gavarnie. Ces cirques ont été creusés à la dernière époque de glaciation bien caractérisés par la forme en U.
Cola de Caballo.La présence du sous-sol calcaire permet la formation de petites tourbières alcalines dès que la pente se fait beaucoup moins raide. Ces tourbières peuvent être caractérisées par la présence de la Linaigrette à longues feuilles (Eriophorum latifolium). Un cortège de plantes typique de cet habitat y est associé comme la Swertie pérenne (Swertia perennis), une belle Gentianacée :
Certains endroits se révèlent être particulièrement abruptes mais les espagnols n'ont peur de rien et nous font passer par des corniches (appelées Fajeta que l'on distingue à gauche de la photo) puis nous font utiliser nos mains pour atteindre le plateau situé à 2500 m d'altitude. Mais le paysage en vaut vraiment la peine !
Et donc, voici une des plantes que l'on rencontre à haute altitude, l'Edelweiss ou Flor de nieve en espagnol (Leontopodium alpinum), une plante qui résiste à la neige !
Pour finir cette article, voici la Virgule (Hesperia comma), papillon assez commun dans le Sud de la France en pleine séance de copulation !

Marek
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article
19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 21:10

Le PNR de Chartreuse se trouve entre Grenoble et Chambery, il possède différents monts dont Chamechaude culminant à 2082 mètres, ici nous sommes au Cirque de Saint Même près de Saint Pierre d'Entremont.

Les orthoptères sont bien présents, ici une Decticelle des bruyères (Metrioptera brachyptera) frottant ses tegmina (ailes rigides permettant leur "chant") sur une tourbière de pente.

En remontant, on arrive aux sources du Guiers Vifs, le massif est constitué d'un immense ensemble Karstique, des kilomètres et des kilomètres de galeries.

Ici on rencontre des insectes endémiques aux sources des Guiers, notamment un coléoptère tréchiné. De 30 °C à l'extérieur, on arrive à environ 15°C à l'intérieur. Des milieux encore vierges de tout aménagement !

Plus bas, c'est la cascade qui remplace le brumisateur, les mousses, les fougères et les Parnassies des marais (Parnassia palustris) tapissent les paroies.


Changement de décors, voici la voie Sarde, ce cheminement permettait de relier la France et la Savoie avant le 19ème siècle.

Une grande falaise surplombe un paysage agricole, surtout de l'élevage. Une grotte possède des grilles pour éviter le dérangement des chiroptères lors de leur hibernation et de nombreux passereaux égaient le site dont la Mésange nonnette et l'Hirondelle des rochers.

A défaut d'observer l'emblème du PNR, nous l'entendrons quand même ! et oui le Grand duc d'Europe fréquente ces falaises. Le ballet des chauves-souris et ces HOU HOU HOU annonçant le départ du soleil rendent ce milieu minéral bien vivant.

Et pour finir un petit clin d'oeil, avec cette vache laitière, à la démarche du PNR de Chartreuse avec la route des Savoir-Faire et des sites culturels permettant de découvrir au plus près la vie des gens vivants sur ce magnifique terroir.

Olivier, Adeline et Emilie.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 13:37
Les sous bois

La grande astrance



Epilobe en épi( avec ses aigrettes, les anciens
 fabriquaient des mèches pour les chandelles.



























Epipactis atrorubens.



























La gorgone( lasiommata petropolitana) fréquente les lisières.
Les gorgones dans l'antiquité changeaient les hommes en pierre d'un seul regard.
Là, pas de problème.





















Le début de l'alpage.

Campanule barbue( ses fleurs sont hérissées de poils)















Arnica montana. Depuis le XII s. il est utilisé pour
résorber les hématomes.
( Attention, il peut être dangeureux)
Epipactis hélléborine


Les gentiane pourpre et jaune.
Si la jaune et connue pour ses vertues apéritive, la pourpre malgré son abondance locale
 et relativement rare dans les Alpes.



Les papillons moiré sont très abondant parmi la profusion de fleurs.( erebia euryale et erebia ligea)




Le haut de l'alpage;
tréfle alpin( trifolium alpinum)
le réglisse des marmottes














Pédiculaire















De nombreux  insectes arpentent ses lieux.
le proscris alpin.


















Les criquets et le magnifique apollon.






















Les hauteurs et les rochers.
Grace au versant exposé plein nord et à la présence d'un torrent, un névé peut persister pendant l'été.
Alors les plantes d'altitude peuvent descendre nous voir.



























primevère farineux                                                                    dryas octopétale



























Pulsatile des alpes.














François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Botanique
commenter cet article
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 11:59

Ce matin, direction le lac de Grand-Lieu pour une séance de baguage des fauvettes paludicoles le long du canal Guerlain. Près de 250 oiseaux capturés dont une majorité de Rousserolles effarvattes et Phragmites des joncs, avec des contrôles anglais et un belge. Et seulement 2 Phragmites aquatiques.






Willy

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 11:49
Les hauteurs des Alpes abritent peu de libellules. Au col du Joly, sous le Mont Blanc à 2000 m de gros odonates bleus se poursuivent au dessus de petites mares.



Au cours des nombreuses bagarres des accidents peuvent arriver. Cet animal malgré sa vie larvaire aquatique ne sait pas nager.

































Après un sauvetage et un brin de séchage. Le mâle de l'aeschne des joncs a pu continuer son activité principale.



































Dès le soir venu, l'alpage se rendort.
François






Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article
3 août 2009 1 03 /08 /août /2009 12:35

La Brenne des étangs, des roseaux et des oiseaux. Voici en résumé un bref passage de 12h sur place.

Sur l'étang Foucaut à 7h30 du matin en compagnie d'un photographe animalier on voyage en observant ce Crabier chevelu (Ardeola ralloïdes) en pêche parmi les joncs en compagnie du Foulque macroule (Fulica atra).

Un Héron pourpré (Ardea purpurea) qui ne sera pas le seul tient la pose le temps d'un cliché de moyenne qualité...

A défaut d'oiseaux quelques fois en se penchant d'une petite fenêtre d'observatoire on peut profiter d'une Rainette arboricole (Hyla arborea) faisant la sieste sur une feuille de roseau.

Sur la route, les Hirondelles de rivages (Riparia riparia) se rassemblent, premières arrivées au printemps, elles commencent à sentir le vent tourné et préparent leur départ dès le mois d'août.

Dans les patûres alentours la Piegrièche écorcheur (Lanius colurio) chasse pour nourrir ses jeunes, cette femelle peut farouche me fera le plaisir d'une belle observation.

Voilà la bête, de loin certes, mais là quand-même. Cette tortue Cistude d'Europe (Emys orbicularis) est l'un des emblèmes du Parc Naturel Régional de la Brenne.

Sur l'étang Cistude était présent également les aigrettes Grandes (Egretta alba) et Garzettes (Egretta garzetta). Cachés parmi les fourrés de saules, une famille de Blongios nains (Ixobrychus minutus) appaissait de temps à autres.
Sur d'autres étangs, à la recherche du Vanneau à queue blanche (point vu la bête) pas mal de limicoles se nourrisant sur les vasières : Chevaliers gambette (Tringa totanus), culblanc (Tringa ochropus), arlequin (Tringa erythropus), sylvain (Tringa glareola); des Echasses blanches (Himantopus himantopus), Bécassines des marais (Gallingo gallingo) et des Vanneaux huppés (Vanellus vanellus).


Et bien sûr : les Guifettes moustacs nourrissaient leurs jeunes en bandes au-dessus des cariçaies et des nénuphars.

Olivier et Adeline.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 20:46
Bonjour, avant le départ dans les Alpes, quelques photos de libellules prises cette semaine.

Femelle de Calopteryx splendens sur le bord d'un étang à La Flèche.




















Aeschne bleue en sous bois au sud de la Flèche.

















Le long des zones tourbeuses, passage d'un cordulégastre boltoni et patrouille d'aeschne affine.




















François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article
13 juillet 2009 1 13 /07 /juillet /2009 11:59

Bonjour, de retour de Pologne. Peu de chose à voir cette année. les forêts sont toujours aussi belles.
 


















Emergence de la grande aechne et madame araignée avec les jeunes.






Dans le parc de la Warta cette année, de nombreux charognards autour de la dépouille d'un chevreuil.
( grand corbeau, corneilles, milan noir et le clou : 2 pygargues)
Passage de grues, de cigogne blanche et bergeronnette printanière.




























François


Repost 0
Published by Naturalistes - dans Europe
commenter cet article
6 juillet 2009 1 06 /07 /juillet /2009 07:29

La Bôle de Merquel est un Espace Naturel Sensible (ENS) de la Loire Atlantique (44) situé au Nord Ouest du département. C'est un ensemble de marais salés, de prairies et de dunes.

Une colonie de Sterne Pierregarin s'est installée sur un des marais, sa particularité : elle abrite un couple mixte Sterne arctique x Sterne pierregarin. Depuis quelques années déjà la Sterne arctique nidifie ici.

Sur la dune grise pousse le Scolyme d'Espagne (Scolymus hispanicus), aussi appelé Chardon jaune.

Sur la dune blanche (mobile) pousse la Luzerne marine (Medicago marina).
Côté mer, c'est le domaine des Crabes...

Et aussi celui des Anémones...

Rien ne vaut un petit tour sur la côte...

Olivier
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Littoral
commenter cet article
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 12:04
Bonjour à tous, il est important de rappeler que le ski nautique est interdit sur le Loir.
Des naturalistes ont été flasché sur le Loir entre Vaas et le Lude.

Malgré les recherches l'oxygastra ne s'est pas montrée.
Observation d'Anax imperator pendant la ponte sur des potamots.
Capture de Gomphus simillimus, ici un mâle.

François, Carole et Olivier.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article