Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 octobre 2009 6 03 /10 /octobre /2009 20:17
Toute petite araignée de la famille des mygalomarphes. Seul le genre Eresus vit en europe.
De très petite taille.

Eresus niger ou cinnaberrinus fréquente les terrains sablonneux secs et chauds, les terrains recouverts de bruyères.
La femelle entièrement noire vit dans un terrier qu'elle ne quitte que très rarement. Seul le mâle quitte le chaud du terrier pour chercher les femelles.
Placide et calme, la femelle ne mange pas le mâle et les jeunes peuvent rester avec leur mère une longue période avant de partir.
Animal très rare, du fait de sa discrètion, elle n'est notée que dans peu de département français (Coteau du layon dans le Maine et loire).


François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Arachnides
commenter cet article
2 octobre 2009 5 02 /10 /octobre /2009 20:30

En prospection dans le 22, nombreuses Epeires à quatre taches Araneus quadratus dans une moliniaie, la plupart étant des femelles comme sur ces 2 images.
null
null
Willy

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Arachnides
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 17:10

Le week-end dernier, direction la Vendée pour être présent à un gros spot de swarming (regroupement automnal de Chauves-souris) organisé par la LPO 85 et Les Naturalistes Vendéens. Un seul filet de capture a été installé mais ce sont près de 250 Chauves-souris qui ont été capturées, mesurées, pesées, marquées puis relachées.

A la table de marquage est passé plus de 95% de Barbastelles ! Les autres espèces capturées (de maximum 5 individus) étaient l'Oreillard, la Sérotine commune, le Murin à moustaches et le Grand Rhinolophe.
La surprise de la soirée était la capture d'une Barbastelle albinos au 3/4 !
Bien sur, on ne capture pas les Chiroptères pour faire joli mais il y a un réel intérêt dérrière tout ça! Le but est de mettre en évidence que le site de capture est un lien de swarming pour ces p'tites bêtes. Pour ça, on vérifie l'état sexuel des Barbastelles et leur comportement à l'aide de jumelles de vision nocturne.
Une fois capturées, toutes les Barbastelles sont marquées avec une petite pastille numérotée collée à la base de la tête. Si jamais il y a recapture de la bête sur une autre site, ça permet dévaluer la distance parcourue pour venir se reproduire. On peut également retrouver les Chauves-souris marquées lors de l'hibernation.
Marek
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Chiroptères
commenter cet article
27 septembre 2009 7 27 /09 /septembre /2009 19:10
Le beau temps de septembre favorise la sortie de pas mal d'insectes.































A gauche, Decticelle chagrinée.
Elle vit dans les lieux secs et ensoleillés.





A droite, grosse sauterelle aux ailes atrophiées, l'Ephippigère des vignes se nourrit de feuilles (vigne, chêne) mais aussi d'autres insectes.



Grande sauterelle verte


La mante religieuse est également de sortie.

François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article
24 septembre 2009 4 24 /09 /septembre /2009 17:31


Nous voici de retour comme tous les ans pour la sortie en mer du Croisic à Hoëdic, petit tour la veille sur la côte sauvage. Quelques croquis lors d'observations sur le reposoir de goélands.





Les cormorans sont déjà au rendez-vous le lendemain, dans quelques minutes c'est le départ pour le large !



Le soleil arrive a percé l'épaisse couche de nuages et les premiers goélands immatures nous talonnent.

 

 


Les Goélands argentés (Larus argentatus) se rapprochent petit à petit de l'embarcation. 

 




Un peu plus loin, les Fous de Bassan se joignent au festin avec des individus plus ou moins sombres suivant leur âge.


Le Puffin des Baléares (Puffinus mauretanicus) est un vrai voilier, ici cet individu a un plumage un peu passé, peut être qu'il est en période de mue.



Plus loin derrière, guettant l'opportunité de chaparder la proie d'un goéland ou d'une sterne, le Grand Labbe (Stercorarius skua) rôde.

 

 



Sur l'ile, nous avons rencontré un habitant de la carrière, le Crapaud calamite (Bufo calamita) à l'abri d'un bloc de granit.


Sur la dune grise, la fleur de la Scille d'automne (Scilla autumnalis) égaie le paysage par sa couleur...




Sans oublier le Traquet motteux (Oenanthe oenanthe), courant après les insectes puis se postant au garde à vous, puis se déplaçant à nouveau pour prendre des forces avant de continuer son long périple...


Pour les amateurs de bagues, voici un goéland avec sur la patte droite le code VA7M bleu.

Comment ne pas finir cet article avec le lis de mer (Pancratium maritimum), plante protégée en Bretagne, qui émerveillera plus d'un naturaliste par sa beauté saisissante et qui vaut tous les goélands du monde! Cet individu était le dernier en fleur d'une belle population présente sur les dunes grises de l'île.

François, Adeline, Olivier, Emeline, Marek, Raphaël et Carole.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Les Iles
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 17:15
Voici une petite série de clichés de retour de Brenne à la recherche des Orthoptères.

Première rencontre avec ce Conocéphale gracieux (Ruspolia nitidula) de forme jaune, en bordure d'étang. le chant du mâle de cette espèce est assourdissant. Ce genre possède une tête formant un angle très aigu.

Autre orthoptère dérangé pendant sa pause toilettage de tarses ! Ici c'est le Phanéroptère méridional (Phaneroptera nana) fréquent dans les friches et pelouses calcicoles.

Dans le même secteur, le Méconème fragile (Meconema meridionale) se promène à découvert loin de son fourré protecteur. Il se reconnaît aisément à son allure microptère (ailes quasi-inexistantes).

Un insecte génial a fait son apparition près d'une belle haie composée de vieux chênes, c'est le Grand diable (Ledra aurita) de la famille des cicadelles (je pense que l'on aperçoit son rostre sur la photo) se nourissant de sève.

Voilà à quoi elle ressemble de profil cette petite bête !

Dégradé de nature ou ambiance automnale ! Cette photo illustre à merveille le changement de saison et la fin de l'été. Ce petit mâle de Mante religieuse (Mantis religiosa) est en quête d'une femelle, mais attention la rencontre peut être fatale pour lui !!!

Heureusement, la femelle ne la pas dégusté pour le moment, il aura alors une descendance... Mais une fois l'accouplement terminé, il faudra décamper !!!

Olivier.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article
9 septembre 2009 3 09 /09 /septembre /2009 08:24
En cette fin d'été la dune se pare de rouge.

Ephedra distachya ou raisin de mer nous présente ses pseudo fruits. Chaque petite boule rouge contient 2 graines.
Cette plante de dune pour résister à la sécheresse à la particularité de ne pas posséder de feuilles.
Cette plante contient de l'éphédrine qui sert à préparer des médicamants contre l'asthme, la toux et l'hypertension.


François
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Littoral
commenter cet article
3 septembre 2009 4 03 /09 /septembre /2009 22:04
Deuxième article concernant le Parc National des Ecrins (Hautes Alpes), petite randonnée du côté du Pré de Mme Carle pour aller voir de plus près le Glacier Blanc.

Vue des méandres du torrents à l'ombre d'un nuage pendant l'ascension jusqu'au glacier. Que de fraîcheur à cette altitude contrairement à la chaleur de la vallée à Vallouise.

Les Chocards à bec jaune (Pyrrhocorax graculus) tournoient à la recherche de la moindre nourriture laissée par les touristes. Et car ici à cette époque de l'année c'es plus des sentiers mais des autoroutes à touristes dont je fais partie par ailleurs !!!

 


Et il y en a d'autres qui en tirent profit, c'est le cas des Marmottes (Marmota marmota) qui sont très peu farouches et essaient d'attendrir le passant afin de récupérer quelques friandises.


Un Turquoise (Jordanita sp.) se laissera admiré pendant la montée.

Quelques libellules sont présentent ici et là c'est le cas de ce Sympetrum de Fonscolomb (Sympetrum fonscolombii), reconnaissable à la base de ses yeux bleue et des nervures colorées de rouge, orange ou jaune.


C'est l'heure des accouplements chez l'Apollon (Parnassius apollon), ce magnifique papillon présent dans les massifs montagneux montre ces ocelles rouges pour effrayer ces prédateurs (ici c'est le photographe qui s'est senti visé par ces taches rouges).


Arrivé aux pieds du glacier une petite fleur pétant de couleur sur le paysage minérale a fait son apparition, c'est la Linaire des Alpes (Linaria alpina).


Voici le Glacier Blanc qui recule d'année en année !!!


De retour dans la vallée, Maison du Parc des Ecrins à Vallouise observation d'un juvénile de Piegrièche écorcheur.



Détermination assez fastidieuse du genre Pyrgus, ic l'Hespérie de la carline (Pyrgus carlinae).


Et pour finir un petit clin d'oeil avec ce Chamois (Rupicapra rupicapra) qui se laissera admirer avec la lumière du soir sur la Bosse de Clapouse.

Olivier et Adeline.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 20:34
Dans le cadre du suivi des espèces menacées, le GAG (Groupe Armoricain de Guidel) suit l'évolution des Korrigans de forêts (sous espèce armoricanus).

Cette espèce autrefois courante en Bretagne a vu ses effectifs baisser de façon inquiétante.
Grâce à des captures et des marquages, les scientifiques peuvent suivre les variations de cette petite espèce.



A côté, milieu fréquenté par le korrigan.




























Matériel et préparatif du safari:

Une plateforme cachée dans la forêt à 7 mètres de hauteur.








































Tout d'abord, le korrigan s'attrape avec un filet de pêche. Il ne connait pas cette odeur et sa curiosité le fait s'approcher de toute nouveauté.


































Le korrigan s'apatte à la lanterne même s'il n'est pas aristocrate. Et puis une longue attente nocturne débute.

La chasse n'a pas été bonne. Pas un seul spécimen de capturé. Hélas, cela confirme le fort déclin de l'espèce
(accentuée depuis l'arrivée de la télévision) !
Néanmois, je joins à l''article des croquis de terrain du professeur Van Diek, dernière personne à avoir pu voir cette espèce.



Objets trouvés près d'un nid de korrigan.
Objet long en bois : cet objet servait sans doute de point d'appui lors de repos en forêt. Il a été appelé par le professeur Van Diek un dédéeumatos.


Objet court recourbé au bout : Nous ne connaissons pas l'usage de cet objet. Le professeur Van Diek pense à un appareil facilitant la respiration du Korrigan par temps de pluie.

















François, chasseur de lutins et membre de l'association GAG
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Littoral
commenter cet article
27 août 2009 4 27 /08 /août /2009 09:54
La réserve biologique domaniale des Deslioures avec la prairie de chardons bleus (Argentière la Bessée), un site naturel exceptionnel (1/5 de la flore française). A partir du lieu-dit La Salce, le chemin nous conduit à de magnifiques prairies de fauche.

 


La saison de floraison de la Reine des Alpes (Eryngium alpinum) est un peu passée, mais les milieux sont assez chouettes ! De nombreux insectes butinent, abeilles, papillons...

Un peu plus loin en remontant, une petite tourbière accueille le Cuivré de la verge d'or (Heodes virgaureae).
 


Ici une femelle prenant le soleil sur une Listère à feuilles ovales (Listera ovata) en fruit. Ce papillon est bien présent dans cette région, il est plus petit que le Cuivré des marais et le mâle ne possède pas de tâches noires sur les ailes antérieures.

On peut découvrir une gentiane tardive fleurissant à l'automne, la Gentiane champêtre (Gentianella campestris).

 


En pénétrant dans les mélèzes, un petit cri familier retentit, c'est la Mésange boréale (Parus montanus) qui continue d'alimenter ses jeunes.

Dans un pierrier bordant un torrent, une Cicindèle hybride (Cicindela hybrida) prend la pose. Pas facile à photographier cette bête, elle décolle dès que l'on s'en approche un peu trop !



Au niveau géologique, des plis dans la roche montre bien que le massif alpin a subi de fortes pressions lors de sa création...



Voici un papillon qui se fait bien rare en plaine, le Morio (Nymphalis antiopa), ici il est localement présent dans le secteur de Vallouise.


Quelques orthoptères dont l'Ephippigère des vignes (Ephippiger ephippiger) qui chante un peu partout.

Les Zygènes, de nombreuses espèces (cf album bestioles), ici c'est la Zygène de la Carniole (Zygaena carniolica) la couleur des ailes est un peu passée.

Une plante que j'ai découvert à l'occasion de cette randonnée, la Céphalaire des Alpes (Cephalaria alpina), impressionnante de part sa taille, jusqu'à un mètre cinquante de hauteur. Sur une des fleurs se trouve une Volucelle (Volucella pellucens).

Et pour finir un Azuré de l'Orobe (Polyommatus daphnis) reconnaissable à ses échancrures sur les ailes postérieures butinant sur l'Oursin de Provence (Echinops ritro).
Premier article pour la série concernant les Ecrins.

Olivier et Adeline.
Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article