Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 09:00

carte denizli

Au bout d'une vallée assez industrialisée se trouve les sites archéologiques de Loadicées et de Hiéropolis.

Les 2 cités sont d'origine grecque et bien remaniées par les romains.

068

Loadicée: vaste plateau parsemé de vestiges.

Ce paysage aride est occupé par pas mal d'oiseaux.

Traquet de Finch. Mâle.

091

092

093

La femelle est plus terne.

090

Linotte mélodieuse

094

Cochevis huppé

080

 

Départ pour la visite de Hiéropolis et les concretions de Pamukkale.

pamukale 2

106

116

125

126

La vallée est le long d'une faille sismique. Des remontées d'eau chaude très riche en soufre et en calcite sont souvent exploitées en Géothermie. A Pamukkale ses eaux coulent de vasques en vasques encroutant les falaises.

Le site de Hiéropolis est magique et pas trop surpeuplé à cette époque de l'année.

130

Tombes romaines.

135

110

Gagée des champs

111

Anémone coronaria

 

140

150

143

Cochevis huppé

142

bruant proyer.

151

Femelle de traquet de Finch

oiseaux hieropolis

François

 

 

 

 

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 10:46

carte Selçuk

Séjour organisé hélas sur la côte égéenne de la Turquie. Après une semaine de pluie, les températures remontent.

Sur le bord de mer très bétonné des cohortes de pouillots véloces et les premières hirondelles des fenêtres occupent le terrain.

kusadasi 1 bis

006

Cerinthe major.

La première sortie nous emmène sur le site de Selçuk.

A la place du temple d'Artémis ( une des anciennes merveilles du monde) subsiste  actuellement un plan d'eau.

017

L'Emyde de la caspienne se chauffe au soleil.

013

014

018

Les rainettes sont très actives023

Sur les hauteurs de la ville moderne, la mosquée du 14 s. Abrite ma première sittelle de Neumayer du séjour.

selçuk 6 bis

028

selcuk 1

selçuk 1 bis

 

032

Hammam du 14 s.

selçuk 4 bis

La promenade se poursuit dans l'arrière pays à Sirince.

Un peu piège à touristes, mais les anèmones couronnées ( anemone coronaria) pointent dans les collines et surprise une mésange lugubre vient me visiter.

059

sirince 1 bis

oiseaux Sirince

lugubre

 

062

 

 

L a campagne est encore bien verte et les oliviers ( pas les vanuccis) sont plantés dans des parterres de pâquerettes.

064

sirince 2

Sirince 2 bis

La région est très instable. Les séismes ont pas mal  détruit les maisons et les ruines antiques.

François

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 11:40

Du 11 Janvier au 15 Février des chercheurs du CNRS de Chizé et plusieurs personnes de diverses associations ont participés à une expédition au Sénégal dans le but d'étudier l'écologie des rapaces hivernants.

Ce projet d'une durée de 3 ans a pour principal objectif la recherche des principaux dortoirs et zones d'alimentation du Busard cendré Circus pygargus, pour les autres espèces il s'agit surtout d'inventaires qualitatifs.

 

Membre de la mission cette année, j'ai posé pour la première fois le pied sur le sol Africain et c'est avec la chaleur du pays que je partage quelques instants de l'expédition.

 

Senegal 3942

Arrivé à Dakar c'est une profusion de véhicules en tous genres sur les routes...

 

Senegal 4439

Les camions taxis sont en première place des transports en commun au pays, vive les embouteillages!

 

Après les dernières formalités et  5 heures de route éprouvante nous avons posés nos baguage dans la région du Khelkom où les plus gros dortoirs de Busards sont connus.

Cette région très peu peuplée est essentiellement composée d'une savane semi-arborée très ouverte, la culture du mil et de l'arachide sont les pricipales ressource pour les villages.

 

Senegal 4634

 

 

Senegal 3958

L'elevage de zébu est également une activité pionnière, surtout ne jamais demander combien sont-ils? c'est un secret bien gardé !

 

Senegal 4624

Les busards cendrés sont bien au rendez-vous, notre travail étant rythmé en journée par la recherche des zones d'alimentation et le soir les comptages sur les dortoirs.

Les cendrés consomment exclusivement des gros orthoptères durant l'hivernage, il est prouvé maintenant que les plus gros rassemblements en dortoirs sont fortement corrélés à la quantité d'insectes disponibles dans un rayon de 10 kilomètres.

Cette année nous avons estimés entre 5000 et 6000 individus présent sur la zone, un record de 4000 oiseaux à même

été atteint sur un des dortoirs !

 

Senegal 4378

Durant cette expédition nous avons parcourus de nombreuses pistes afin d'inventorier les autres espèces bio-indicatrices également consommatrices d'orthoptères...pour le plus grand plaisir des yeux ! ici un Rollier d'abyssinie Coracias abyssinicus.

 

Senegal 4212

Les Calaos sont très nombreux, un calao à bec noir Tockus nasutus posé sur un Baobab dont les fruits sont utilisés pour la fabrication d'une boisson énergisante appelé "Bouy".

 

Senegal 4312

Une Pie-grièche du désert Lanius excubitor elegans sur son acacias

 

Copie de DSC 4230

La Corvinelle à bec jaune Corvinella corvina, espèce peu commune...Senegal 4062

 

Le fameux Coucal du Sénégal Centropus senegalensis très commun dans de nombreux milieux et au vol super maladroit !

 

Senegal 4318

Petite pause de midi à l'ombre d'un baobab, sous 35° ils sont souvent apprécié dans la région...

 

Senegal 4317

Cet insecte xylophage aime son écorce aussi !

 

Senegal 4010

Véritable arbre de vie les Baobabs sont des refuges excellents pour de nombreux animaux, cette chauve souris dont je n'ai pas encore le nom, y passe la journée.

 

Senegal 4093

Un agame à l'affût...

 

Senegal 4662

Certains secteurs sont pâturés depuis longtemps, la végétation herbacée se fait plus rare et les zones arborées moins denses.

 

Senegal 4052

Retour aux oiseaux toujours nombreux mais relativement farouches, le très coloré Gonolek de barbarie Laniarius barbarus.

 

Senegal 4850

Tourterelle masquée Oena capensis, commune partout.

 

Senegal 4752

La Veuve à collier d'or Vidua orientalis, avec ses longues rectrices elle est facilement reconnaissable !

 

Senegal 4178

Une grande famille en Afrique les Souimangas et l'une des espèce la plus commune le Souimanga pygmée Hedydipna platura (un mâle)

 

Senegal 4369

Un des serpents les plus impressionnant en Afrique de l'ouest la Vipère heurtante Bitis arietans, espèce aux moeurs nocturne nous avons eu la chance de tomber dessus avec les phares de notre voiture.

 

Aigle martial (5)

Côté rapaces la région est vraiment riche et les observations nombreuses, voici l'Aigle martial Polemaetus bellicosus (immature) ces dimensions et sa corpulence imposent le respect.

Une tentative de prédation sur un chacal a même été observée proche d'une carrière !

 

Senegal 4130

Le Gymnogène d'Afrique Polyboroides typus (adulte), ce rapace étrange recherche sa nourriture, composée  principalement d'oeufs, dans l'écorce, les fissures et le feuillage des arbres.

 

Senegal 4144

Un faucon ardoisé Falco ardosiaceus.

 

Senegal 4693

Un Circaète brun Circaetus cinereus, espèce assez localisée nous avons observés des captures d' agames. 

 

Senegal 4900

Le Circaète Jean le Blanc Circaetus gallicus est l'un des rapaces les plus abondant dans la région avec des densités impressionnantes.

 

Senegal 4733

Les Elanions Naucler Chelictinia riocourii sont observés en petits groupes dans le centre du pays mais il faut descendre vers le Saloum (proche de l'île de Kousmar*) pour avoir des effectifs plus importants.

* L'île de Kousmar, sur les rives du Saloum, accueille durant l'hivernage environ 15000 Faucons crécerellettes Falco naumanni et autant d'élanion naucler.

 

Copie de DSC 4608

Sans conteste le rapace le plus abondant et le moins farouche de toute l'Afrique de l'ouest, j'ai nommé le Milan à bec jaune Milvus migrans parasitus.

 

Senegal 4798

En ce qui concerne les Vautours les densités sont parfois très fortes et la richesse spécifique est au rendez vous, le Vautour charognard Necrosyrtes monachus se rencontre aussi bien en ville que dans la brousse mais jamais loin de l'homme.

 

Senegal 4077

Vautour de rüppell Gyps rueppellii, observé nicheur en colonie sur des baobabs.

 

Senegal 4260

Moment magique! lors d'un arrêt sur un point d'eau pour vérifier la présence de busards un chacal arrive en pleine course au milieu des dizaines de vautours Africain, fauve et rüppell.

 

Senegal 4139 

Un peu d'exotisme en voyant ce caméléon patienter sur sa branche...

 

Senegal 4421

Changement de décors, nous somme en route vers le nord du pays pour une visite au parc National du Djoudj ici un village de pêcheurs a l'acceuil toujours chaleureux.

 

Senegal 4467

Le parc National du Djoudj d'une superficie de 16000 ha est la troisième réserve ornithologique du monde, un véritable sanctuaire sauvage le long du fleuve Sénégal.

Environ 8000 pélicans blanc Pelecanus onocrolatus sont présents sur le parc, l'approche en pirogue reste un moment unique pour observer la formation en "radeau", une technique de pêche qui consiste à plonger tous ensemble.

 

Senegal 4461

Anhinga d'Afrique Anhinga rufa et Cormoran Africain Phalacrocorax  Africanus.

 

Senegal 4479

Le Pygargue vocifer Haliaeetus vocifer a la voix si particulière.

 

Senegal 4545

Par millier les Dendrocygnes veuf Dendrocygna viduata sont regroupés sur les petits points d'eau et le grand lac du parc. 

Cette réserve est très réputée pour l'hivernage du Canard pilet Anas acuta et la Sarcelle d'été Anas querquedula, chaque année ce sont plusieurs milliers d'individus comptabilisés mais les effectifs sont en baisse.

 

Senegal 4165

Vanneau éperonné Vanellus spinosus

 

Senegal 4559

L'Alcyon pie Ceryle rudis très commun

 

Senegal 4528

Guêpier de perse Merops persicus.

 

Senegal 4836

Spatule d'Afrique Platalea alba

 

Senegal 4865

Ganga à ventre brun Pterocles exustus (mâle) assez commun dans divers milieux parfois très arides !

 

 

 

Senegal 4194

Les ânes sont le meilleurs outils de travail... et de transport.

 

 

Senegal 4688

 

Un paysage de feu de brousse pour terminer...

Durant ce sejour un total de 278 espèces d'oiseaux ont été observés par l'équipe, de nouvelles informations importantes collectées sur l'hivernage du Busard cendré et beaucoup de moments partagés dans une hospitalité a ne pas manquer.

 

 

Frédéric Vaidie

 

 



Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 07:03

Changement de décors et de latitudes, quittant notre vieux continent pour des îles en perpétuelle évolution. Là où tout à commencer pour démontrer que la Nature est sans cesse en adaptation suivant les conditions du milieu. Les "pinsons" qui ont été étudiés par Darwin en sont la preuve. L'insularité provoque ou accélère certains phénomènes...

 

Cet article offre un petit panel de ce qui vit sur ces îles mystérieuses !

L'archipel se situe à 800 km des côtes d'Amérique du Sud, il se compose de 13 îles principales.

 

Ouvrez grands vos yeux !

 

côte volcanique

 

Voilà un petit éventail de la faune locale : Fous à pieds bleus (Sula nebouxii), Iguane marin (Amblyrhynchus cristatus) et Crabe rouge des Galapagos (Grapsus grapsus).

 

Fou à pieds bleus

 

 

Iguane marin

 

 

mâle iguane

 

Sur les plages, des mammifères se reposent (les humains ont dû les copier !!!)

 

 Lions de mer

 

Ce sont des Lions de mer (Zalophus wollebaeki), les jeunes sont allaités paisiblement en profitant du sable chaud !

 

lion de mer

 

Des Manchots à l'Equateur !!! Et Oui le Manchot des Galapagos (Spheniscus mendiculus) souffre peut de la chaleur car il s'y est adaptée et que les courants marins bordant l'ouest de l'Amérique du Sud sont froids et riche en nourriture.

 

manchot bis

 

 

Manchot des Galapagos

 

Une dernière image qui semble indispensable quand il s'agit de ces îles : la Tortue géantes des Galapagos(Geochelone nigra).

 

Tortue géante des Galapagos

 

 

Fabrice et Charlotte.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
14 février 2011 1 14 /02 /février /2011 12:30

Depuis plusieurs années, cet oiseau de montagne vient passer ses vacances d'hiver en plaine. En Sarthe, il fréquente la cité Plantagenêt en arpentant les façades des maisons en pierres et surtout la cathédrale. Ce qu'il préfère se sont les zones ombragées où il peut dégoter des petits invertébrés dans les fissures et la mousse.

 

On peut l'observer le matin ou en fin d'après-midi se déplaçant tel un alpiniste et voletant de bâtisses en monuments. Quand il déploie ses ailes, un rouge écarlate apparaît bordé de noir picoté de blanc.

 

Tichodrome Le Mans... 12 02 11

 

Tichodrome Le Mans.... 12 02 11

 

 

Tichodrome Le Mans 12 02 11

 

Tichodrome Le Mans. 12 02 11

 

Belle observation au soleil couchant !

 

Olivier, Marek, Pauline et Adeline.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 12:22

 

Pour enfin finir la virée en Camargue d'avril 2010, voici un petit aperçu de la Camargue gardoise au niveau des étangs du Scamandre.

 

Cet ensemble de lagunes, de roselières et de prairies accueillent de nombreux espèces d'ardéidés et de fauvettes paludicoles.

 

Voici une série qui résume l'ambiance un peu grise lors de notre passage un peu court !!!

 

Camargue 1635

 

C'est le bal des Guifettes moustac et noire, de temps en temps la leucoptère fait quelques brèves incursion sur le secteur un peu éloignée de ses trajectoires de migrations se trouvant plus à l'est .

 

Camargue 1638

 

Malheureusement la lumière ne sera pas au rendez-vous !!!

 

Camargue 1640

 

Cette Rousserolle effarvatte (Acrocephalus scirpaceus)  jouera quelques instants à cache-cache avant de disparaître.

 

Camargue 1647

Ibis1

 

Sans oublier l'Ibis falcinelle (Plegadis falcinellus) qui se reproduit en grand nombre parmi les Hérons gardeboeufs et les Aigrettes garzettes.

 

IMG 156 V2

 

Et pour finir ce petit article, une rencontre très sympathique avec le Blongios nain (Ixobrychus minutus). Très discret dans la végétation, le mâle sera repéré en vol.

 

Camargue 1656

 

Voilà le point final à ce séjour méridional.

 

Olivier, Willy, Fabien et Marek.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 17:34

Suite à un moratoire du 30 juillet 2008 :

"La chasse de la barge à queue noire, du courlis cendré et de l’eider à duvet est suspendue sur l’ensemble du territoire métropolitain pour une durée de cinq ans."

 

Donc ce limicole profite de ces quelques années de sursis pour se montrer davantage. En tous les cas on le voit en plus grand nombre aujourd'hui ne craignant plus les plombs des chasseurs !

Cet oiseau possède un long bec recourbé lui permettant de se nourrir dans les sols meubles et humides. Ses grandes pattes facilitent son déplacement dans les zones inondées ou submergées.

 

Voici une petite serie de clichés pris de la voiture sur les prairies de la vallée du Loir sur la commune de La Flèche.

 

Courlis cendré 12 2010 O VANNUCCI (2)

 

Courlis cendré 12 2010 O VANNUCCI (1)

 

Courlis cendré 12 2010 O VANNUCCI

 

Olivier.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
12 janvier 2011 3 12 /01 /janvier /2011 18:11

Comme chaque année au mois de janvier, les chiroptérologues se regroupent pour faire un comptage des populations sarthoises.

vallée sud sarthe

En hiver, les chauves-souris ne se rencontrent pas toutes dans les mêmes endroits.

Les espèces forestières supportent les variations de température plus importantes et sont présentes à l'entrée de cavités.

Les Oreillards, les Pipistrelles : nombreux réveils en cas de redoux.

Les Sérotines : passe l'hiver sur leur site d'été en charpente. Rare en cave.

Les Murins de Bechstein : caves humides, arbres. Ils supportent de grosses variations de températures.

Les Murins de Natterer : dans des fissures profondes.

Les barbastelles : dans les endroits ventilés et humides peu attractifs pour les autres.

On ne trouve ces espèces qu'en petite quantité.

 

0aquarelle oreillard 2

Oreillard roux : zones à hygromètrie élevée. Il peut résister à de basses températures.

natterer week end comptage

Murin de Natterer avec ses oreilles en forme de spatule recourbée.

 

D'autres espèces ont besoin de plus de stabilité dans les températures pour leur repos hivernal.

Rhinolophes : le Grand Rhinolophe (grandes cavités humides avec une température entre 7 à 9°C).

                           le Petit Rhinolophe : toutes cavités entre 4 à 11°C.

Murin à oreilles échancrées : hibernation profonde et longue (jusqu'à 7 mois).

Grand Murin : fissures et plafonds de cavités humides.Composition1 (2)

 

Enfin les "petits" Murins à moustaches bien que forestiers peuvent se retrouver un peu dans toutes les parties des caves fraiches (9°C).

 

  moustache comptage 2011

caves Marçon

François

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Chiroptères
commenter cet article
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 20:34

Suite et fin du périple dans les Cévennes, avec l'article le plus méridional !

 

Causse de Blandas

 

Au mois d'août, la végétation herbacée est un peu grillée. Seuls les Oursins de Provence (Echinops ritro) teintent les pelouses par leur bleu profond ! Mais en se rapprochant du sol, on a la surprise de voir une multitude d'insectes aussi surprenant que colorés.

 

Melitaea didyma

 

Ce papillon par exemple "flashe" par son orangé vif, il s'agit de la Mélitée orangée (Melitaea didyma). Ici un mâle voletant au ras de la pelouse sèche.

 

Palpares libelluloides.

Palpares libelluloides

 

Une bête étrange s'envole d'un bouquet de lavande, on dirait une libellule par son vole et sa taille. Mais en fait c'est le Fourmilion géant (Palpares libelluloides) avec ses ailes marbrées et son abdomen jaune et noir. C'est le plus grand des Névroptères européens, ses ailes dépassent 5 cm de longueur. Son vol n'est pas très sûr, il parcourt de faibles distances puis se sert de son camouflage pour disparaître.

 

Pseudotergumia fidia

 

Un autre lépidoptère, le Chevron blanc (Hipparchia fidia) vit dans la garrigue basse et les pelouses sèches caillouteuses, souvent à proximité des zones pâturées par les ovins. Cette espèce est présente à l'heure actuelle uniquement sur le pourtour méditerranéen.

 

Chazara briseis

 

Son cousin, l'Hermite (Chazara briseis) qui lui est lié exclusivement au pastoralisme ovin, a subi un déclin impressionnant en France. Les chenilles pour la plupart se développent sur la fétuque ovine (Festuca ovina) et on ne rencontre les imagos que sur les parties pâturées par les moutons !!! 

 

Cromlech Blandas

 

Le Cromlech de Peyrarines est accessible de la route, ce site est remarquable pour la botanique et l'entomologie. Les Circaètes ne sont jamais loin et les Pie-grièches à tête rousse fréquentent également le site !

 

Cevennes 3155

 

Une plante qui par son apparence ressemble à une sauge, il s'agit de l'Herbe au vent (Phlomis herba-venti). Les feuilles de cette plante servaient à la fabrication de mèches pour les bougies.

 

Cirque de Navacelles

 

En arrivant au cirque de Navacelles, ce qui surprend, c'est cette brèche géante formant un véritable canyon dans ce plateau calcaire. Au fond coule la Vis, une rivière qui disparaît puis réapparaît dans la vallée après avoir parcouru plusieurs kilomètres sous terre !

 

Cirque de Navacelles 2

 

La Vis a formé un méandre, qui aujourd'hui n'est plus alimenté suite à un effondrement (en bas au centre de la photo). L'ancien lit se distingue par les prairies verdoyantes encerclant une petite colline. Le village de Navacelles est coupé en deux parties. Une fois que l'on quitte la rivière, on retrouve la garrigue qui s'étend à perte de vue.

 

Natrix maura

 

De nombreuses Couleuvres vipérines (Natrix maura) se faufilent dans les ruisseaux et autres petits canaux d'irrigation. On peut les observer de nuit enroulée sous l'eau guettant les petits poissons et autres têtards. 

 

Pont sur la Vis

 

La Vallée de la Vis renferme plein de mystères et de curiosités ! Pendant plus de 12 kilomètres son lit est sec car il poursuit sa route dans le karst pour réapparaître au Moulin de la Foux. Ici la nature explose, entre le vacarme de la résurgence et la présence de nombreux touristes, le Cingle plongeur se laisse observer facilement ainsi que de nombreuses autres bestioles. 

 

Moulin de la Foux

 

Sur les branches d'un aulne, une grosse chenille vert-fluo avec de petits points bleus et de grandes soies se déplace lentement à vue, c'est la larve du Grand Paon de nuit (Saturnia pyri).

 Saturnia pyri

 

Un peu plus bas dans au bord de la Vis :

 

Hoplia coerulea

 

L'Hoplie bleue (Hoplia coerulea) se rencontre sur la végétation de la ripisylve se nourrisant de feuilles.

 

 Bituminaria bituminosa

 

Une plante originale qui a une odeur de goudron, c'est le Trèfle bitumeux (Bituminaria bituminosa). Elle se rencontre un peu partout du plateau au fond de vallée.

 

 

 Adeline et Olivier 

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article
5 décembre 2010 7 05 /12 /décembre /2010 00:00

Petite virée en Isère pendant le week-end 11 novembre pour voir la neige et le relief des Alpes.

Nous décidons de partir à la découverte du plateau de Sornin prémice du plateau du Vercors. Le soleil et la douceur sont au rendez-vous surprenant à cette période de l'année !

 

ascension 

 

 

Les feuillus commencent à perdre leurs feuilles mais les couleurs de l'automne sont toujours présentes. Des petits cris viennent de la cime des sapins, les Mésanges noires s'affairent et visitent chaque arbre en compagnies d'autres mésanges et roitelets.

 

Belledone 

 

Au loin on aperçoit le massif de Taillefer enneigé à partir de 1500 mètres. La neige est tombée jusqu'à 800/1000 mètres mais les températures douces l'ont fait disparaître !

 

Vue Chartreuse

 

De l'autre côté se trouve le PNR de Chartreuse, on entrevoit un sommet plus blanc que les autres. Et oui on distingue le sommet du Mont Blanc (au centre de l'image) !

 

La flore a grillé par le froid, mais dans un recoin abrité j'ai trouvé cette petite gentiane :

  Gentianella ciliata

 

C'est la Gentiane ciliée (Gentianella ciliata), elle pousse sur les pelouses calcaires d'août à octobre jusqu'à 2000 mètres. Curieusement un pied est encore en fleur et les dernières fourmis font le va et vient pour récupérer un peu de nectar.

 

crâne ovin

 

Dans la série "nature morte" voici un crâne de brebis ou ce qu'il en reste ! le Plateau de Sornin est un parcours à moutons, ils maintiennent l'ouverture de la pelouse calcaire et contiennent l'avancée des hêtres, sapins et genévriers.

 

Pour la faune à part les allers venus d'un Cassenoix moucheté pas la moindre petite bête, sauf !! ce petit criquet, une femelle de Criquet des genévriers (Euthystira brachyptera) :

 

Euthystira brachyptera

 Euthystira brachyptera.

 

Sympathique orthoptère, aptère la femelle possède des embryons d'ailes de couleur rose très reconnaissables ! Le vert pomme du corps est surprenant, magnifique bestiole !

 

Ci-dessous voici l'habitat où je l'ai observé (il porte bien son nom ;-)):

 

habitat Euthystira brachyptera

 

Olivier et Adeline

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article