Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 18:28

carte antalya

Sur la côte sud de la Turquie, la plaine autour d'Antalya est très fertile. Ancienne zone humide, elle a été drainé et de nombreux canaux la parcours.
029

Sur les hauteurs d'Aspendos. La plaine cultivée est surmontée par la chaine du Taurus et ses 2000 m.

040

Anémone  couronnée (anemone coronaria) . C'est la fin de la saison de floraison.

041

Sérapias vomeracea

023

sauge de Jérusalem ( phlomis fructicosa)

025

Aliboufier(styrax officinalis) La résine est utilisé comme l'encens et pour faire fuir les serpents.

049

agame étoilé.

017

Théâtre antique d'Aspendos.

La cité fondé avant les grecs sans doute par des hittites.

Le théâtre construit vers le 2 siècle par les romains est le mieux concervé du monde romain.

009 (2)

584

Pergé: fondé à peu près à la même époque d'Aspendos.

585

Hirondelle rousseline.

Animal des climats chauds. Elle survole les ruines de Pergé en compagnie des hirondelles rustiques.

Avec mes excuses pour la qualité de la photo.

621

Pergé et des fruits de grenadier.

093

La plaine est comme je l'ai noté plus haut parcourue par des canaux bordés de grandes cannes.

558

crocothemis d'asie ( crocothemis servilia)

Première émergence sous ce climat très doux (minimum 11° en hiver)561

Chardonneret.565

Le bulbul d'arabie est ici en limite nord. Peu farouche, il fréquente volontier les canaux .566569

Le migrateurs sont de retour. Les hirondelles sont déjà très actives au nids.572

hirondelles des fenêtres573

hirondelle rustique575

La rousserole effarvate de retour dans les roselières.

 

 

Le port d'Antalya.

619

044045 (2)

Dans les cafés, les oranges sont rangées et le pressoir toujours très actif.

031 (2)

La Turquie des tapis et des épices.

La route de la soie et des épices n'est pas loin.

603599

Sur le bord de mer d'Antalya, la tourterelle maillée africaine est bien présente et très peu stressée par la présence des premiers vacanciers.

613616

la mer est surmontée par une falaise de 30 mètres tout le long d'Antalya. Donc pas de plages.

629

626

Pavot cornu.

627

Cota des teinturiers ( anthemis tinctoria) Utilisé pour ses propriétés de coloration jaune.

Plante très présente sur les friches de bord de mer.

631

ciste de crête.

632

Le martinet noir déjà depuis pas mal de temps sous le soleil turc.638

Pieride des biscuitelles ( euchloé simplonia)

Peu de papillon encore dans les champs.

      François

 



Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
17 avril 2012 2 17 /04 /avril /2012 21:59

 

Petit tour en périphérie de Brière en fin d'après-midi, la lumière qui passe au travers de gros nuages de giboulée, pointe comme des projecteurs les acteurs ailés souvent discrets.

Les passereaux sédentaires s'affairent à remplir les gosiers grands ouverts des nouveaux nés. C'est le cas chez les mésanges à longue queue qui ont construit leur nid entre les troncs d'aubépine recouverts de lichens.

 

Mésange à longue queue OLIVIER VANNUCCI

 

De l'autre côté du canal, un migrateur chante à tue-tête au sommet des arbustes. Puis il s'élance en retombant vers son perchoir en étant toujours très bavard, c'est le Phragmite des joncs (Acrocephalus schoenobaenus). Son chant varié inclut des imitations, il fréquente les habitats intermédiaires entre la roselière inondée et les boisements alluviaux.

 

Phragmite des joncs OLIVIER VANNUCCI

 

A côté, le Tarier pâtre (Saxicola rubicola) fait une pause guettant les insectes et ou les autres mâles chassant sur son territoire. Non loin, une Cisticole des joncs monte des étages invisibles en zippant !

 

Tarier pâtre OLIVIER VANNUCCI

 

Dans les prairies inondées bordant les roselières, ça barbote, ça se vole après et ça s'active... Le héron en pêche traverse les prairies tel un patineur au ralenti, tandis qu'un ragondin grignote des plantes aquatiques (sans doute des renoncules).

 

Héron cendré OLIVIER VANNUCCI

 

Derrière le héron, un busard des roseaux est posé sur un bouquet de saules.

 

Héron cendré b OLIVIER VANNUCCI

 

Un gros Cygne tuberculé lance ses réacteurs pour quitter le plancher des vaches, une tâche qui s'avère très compliquée avec son poids variant de 12 à 20 kg ! Il y parvient enfin, s'arrachant de la surface de l'eau, puis le sifflement de ses battements d'ailes annonce son passage.

 

Cygne tuberculé OLIVIER VANNUCCI

 

Là, un oiseau bien caché derrière les touffes de joncs apparaît ! C'est l'espèce mythique, l'oiseau ustensile de cuisine,  la Spatule blanche (Platalea leucorodia). Cet oiseau arbore son plumage nuptial (marque ocre orangé et une coupe à l'iroquoise), son bec est aussi caractéristique à cette période de l'année.

 

Spatule blanche face OLIVIER VANNUCCI

 

Spatule blanche OLIVIER VANNUCCI

 

Des cris retentissent et une dizaine de vanneaux décollent, un Milan noir (Milvus migrans) passe trop près des nids ! L'alerte est donnée, il faut bouter le milan loin des nichées...

 

Poursuite vanneaux milan OLIVIER VANNUCCI

 

Sur la route, un autre migrateur s'attarde sur un piquet de clôture. Un mâle de Traquet motteux (Oenanthe oenanthe) se laisse observer malgré le vent de nord qui le pousse.

 

Traquet motteux OLIVIER VANNUCCI

 

Ça y est, le printemps s'efface le temps d'une perturbation. Vivement le soleil !

 

Olivier

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
10 avril 2012 2 10 /04 /avril /2012 21:54

Joli petite bourgade sous la pluie. Et oui Briare se niche en bord de la Loire.Sous la pluie les gris font oublier que le mois d'avril est là.

011En ces terres les canaux occupent le paysage.006

canal Briare

Canal de Briare: Il surplombe les berges et les prés de Loire.( 600 m)

bateau

Après un bon thé qu'elle ( la serveuse ) nous a apporté et une daube Hermann nous nous sommes promenés.

Sur le bord  erre collie mais également des cygnes tuberculés pas franchement inquiéts. La rive est occupée par des embacles, dans ce cas niche le cygne.

 

 015

cygne 1

cygne 2

020

Le long du canal de magnifiques platanes. En haut, sittelle et grimpereau, en bas c'est les pinsons.

castor

Les indices de castors sont assez nombreux sur les bras que nous parcourons.

Bon  arrivederci  ouah  ouah .

François

 

 

 

Repost 0
Published by Naturalistes
commenter cet article
30 mars 2012 5 30 /03 /mars /2012 22:00

Le printemps arrive sur les marais salants de Guérande, certains oiseaux migrateurs débarquent et d'autres font des haltes sur la route de la migration pré-nuptiale. C'est aussi la période où les amphibiens égaient les mares par leur chant.

 

La Gorgebleue à miroir de Nantes (Luscinia svecica namnetum) est le passereau migrateur emblématique des marais saumâtres et littoraux. Son chant peu discret permet de la localiser rapidement malgré la végétation dense du schorre.

 

Gorgebleue à miroir Olivier VANNUCCI

 

Espèces et sous-espèces !? :

La répartition de la Gorgebleue à miroir recouvre le paléarctique, s'étendant du nord-ouest de l'Espagne au nord-ouest de l'Alaska. Au moins dix sous espèces se répartissent sur ce vaste territoire, et trois d’entre-elles s’observent en France.

La sous-espèce nominale  Luscinia svecica svecica (sous-espèce à miroir roux), qui se reproduit de la Scandinavie à l'Alaska.

Luscinia s. cyanicula (sous-espèce à miroir blanc) se reproduit en Europe moyenne et centrale, des Pays Baltes au nord de la France. 

Et,  Luscinia s. namnetum (sous-espèce à miroir blanc), littéralement Gorgebleue à miroir de Nantes, se rencontre sur la façade atlantique française de la Bretagne à l’estuaire de la Gironde.

 

 

Les lumières du soir sur le Traict du Croisic nous font oublier les moustiques le temps d'un instant, pas de répit pour ces piqueurs suceurs qui sévissent même en pleine journée.

 

Clocher Olivier VANNUCCI

 

Dans les salines, les limicoles stationnent et s'alimentent pour récupérer un peu d'énergie avant la saison de reproduction. Ici des Combattants variés (Philomachus pugnax) accompagnés par des Chevaliers gambettes (Tringa totanus) mitraillent comme des machines à coudre la vase en quête d'invertébrés.

 

Combattant varié Olivier VANNUCCI

 

Il est intéressant d'observer le dimorphisme sexuel très marqué chez les combattants variés, le mâle est plus grand que la femelle.

 

Combattants variés Olivier VANNUCCI

 

D'autres limicoles sont de retour d'Afrique, l'Echasse blanche (Himantopus himantopus) en fait partie. Sa tenue très "classe" et ses pattes roses jurent au milieu des bassins.

 

Echasse blanche . Olivier VANNUCCI

 

Echasse blanche Olivier VANNUCCI

 

Les aigrettes garzettes paradent et leur pieds passent du jaune à l'orangé-rouge. Leurs cris de "Donald" retentissent à proximité des héronnières.

 

Aigrette Olivier VANNUCCI

 

Un petit goéland accompagne les échassiers, c'est le Goéland cendré (Larus canus) plus petit que ces congénères, il se rapproche de l'allure des mouettes. La forme du bec et sa couleur sont assez caractéristiques une fois adulte (pas de taches rouge, moins épais que les autres goélands). Il a les pattes jaunâtres.

 

Goéland cendré Olivier VANNUCCI

 

Le soir venu, un hôte du marais prend possession des lieux ! C'est le Hibou des marais (Asio flammeus), le fantôme qui survole dans le silence les salines et les talus.

 

Hibou des marais Olivier VANNUCCI

 

Côté amphibiens, ça s'active pas mal avec des températures presque estivales ! Les crapauds calamites (Bufo calamita) ont déjà pondus depuis 3 semaines et les premiers têtards quittent leur enveloppe gélatineuse. Ici un mâle attendant une femelle sur les bords d'une mare littoral.

 

Crapaud calamite Olivier VANNUCCI

 

Le crapaud persillé ou Pélodyte ponctué (Pelodytes puntatus) joue à la pétanque (son chant rappelle le sons de boules de pétanque que l'on entrechoque) dans les flaques temporaires et les salines du marais.

 

Pélodyte ponctué Olivier VANNUCCI

 

Un peu de flore pour clore cet article printanier ! C'est la floraison des Ophrys araignée (Ophrys aranifera ou sphegodes je ne sais plus !) sur les dunes grises, la sécheresse donne une impression de nanisme chez les individus observés.

 

Ophrys aranifera Olivier VANNUCCI

 

Olivier

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Littoral
commenter cet article
25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 19:51

Les oiseaux s'intallent  sur l'île. Les mouettes mélanocéphales viennent pour nicher ou en transit vers un lieu de nidification.

Les couples se forment.

319

melano 3 mars

melano 3 mars 1

Début mars, les jeunes mouettes mélanocéphales sont encore rares. Elles rejoignent le groupe plus tard.

melano 3 mars 2

Croquis de terrain.

Le 25 mars , les mouettes mélanocéphales s'accouplent et les mouettes rieuses sont déjà en train de construirent les nids.melano 25 mars

groupe melano 21 mars

Dans les haies les mâles chanteurs se font remarqués.

332

Accenteur mouchet.

328

Poullot véloce.

330

Mésange charbonnière

325

Mésange longue queue.

François

 

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 00:32

Après un hiver qui n'en finissait plus d'arriver, une vague de froid s'abat sur l'Europe en février et s'installe dans la longueur. La neige est tombée sur une grande majorité des régions début février et les températures négatives permettent à ce beau manteau blanc de camper plus d'une semaine.

 

Sur la route, les oies cendrées se reposent dans un champ enneigé et les hérons garde-boeufs regardent passer les voitures depuis le fossés, guettant les amphibiens imprudents.

 

C'est le moment de partir pour découvrir un nouveau paysage  !

En route pour le plateau du vent, du froid et des lumières magiques : l'Aubrac. Aux confins de la Lozère, du Cantal et de l'Aveyron un immense ensemble de prairies perchées sur un plateau où les conditions de vie sont rudes, nous invite à voyager au travers des siècles.

 

Bonnecombe Olivier VANNUCCI

 

Les températures sur le plateau avoisinent les - 20°C, le vent pouvant accentuer la sensation de froid siffle à travers les clôtures de fils de fer barbelés. Des congères se forment alors empêchant toute circulation sur la route des lacs entre les Hermaux et Nasbinals.

 

Peyro Blanco Olivier VANNUCCI

 

Là-haut la nature règne en maître à cette période et les conditions extrêmes façonnent le paysage.

 

Vue du Déroc Olivier VANNUCCI

 

Las Drayos Olivier VANNUCCI

 

Les piquets de clôture usés par le temps sont là, comme des spectateurs immobiles, contemplant les paysages au fil des saisons.

 

Le Brouillet Olivier VANNUCCI

 

Quittant le plateau pour les périphéries moins exposées aux rigueur de l'hiver, la vie reprend son cours, les oiseaux recherchent leur nourriture aux endroits où la neige a fondue, les biches broutent l'herbe pétrifiée par le gel et les renards mulotent dans les champs enneigés. Pendant ce temps le héron découvre la pêche sur banquise !

 

Moineau domestique Olivier VANNUCCI

 

Biche Olivier VANNUCCI

 

Heron cendre la Colagne Olivier VANNUCCI

 

Un petit tour vers la cascade du Déroc nous permet de contempler cet orgue de glace en perpétuel mouvement. Le redoux se fait sentir et des stalactites tombent et viennent se briser au sol. La fonte engendre une multitude de ruissellements sur la paroi pour se finir en goutte à goutte qui décompte le temps qui reste avant le printemps.

 

Déroc 2 Olivier VANNUCCI

 

Déroc 1 Olivier VANNUCCI

 

Goutte 1 Olivier VANNUCCI

 

Goutte 2 Olivier VANNUCCI

 

Les fringilles se rabattent sur les fruits des hêtres, appelés faines, en profitant des rayons de soleil pour se réchauffer.

 

Bec-croisé des sapins Olivier VANNUCCCI

 

Pinson du Nord f Olivier VANNUCCI

 

Pinson du Nord m Olivier VANNUCCI

 

Grosbec casse-noyaux Olivier VANNUCCI

 

L'air se réchauffe et les températures montent jusqu'à 10°C à 1000 m d'altitude. La neige fond pour laisser place à la brume !

 

Les Salces Olivier VANNUCCI

 

Mer de brume Olivier VANNUCCI

 

Le redoux est là, le paysage sort de sa coque protectrice de neige pour libérer les premiers chuchotements du printemps...

 

Sam dit Trap', Claire The Artist, Adeline dit Mini-Trap' et Olivier le "chef" du Cantou !

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:57

Après la période de froid, les hivernants de bord de mer sont de retour avec des conditions plus normales.

014

L'estuaire de villaine retrouve sa grosse population de canards pilets. 350 animaux entre terre et mer.007

004

Pilets 1

Pilets 2

En bord de mer à la Turballe, goélands et mouettes se reposent sur les rochers .

024

Parmi les habituels; 4 mouettes mélanocéphales.

Mélano 1

mélano 2

Un promeneur, et voilà , tout ce petit monde s'envole.

026

029

Les rochers servent de patures aux petites oies du nord: les bernaches cravants.

018

023

bernache 1

bernache 2

Dans les marais salants proches, les estivants ne sont pas revenus.

043

ibis sacré

Cet oiseau africain s'est échappé du zoo de Branfère ( Morbihan) entre 1975 et 1987 pour se reproduire en pleine nature pour la première fois en 1991.

En 2006 : 1700 couples se reproduisent sur la marge côtière.

Des prédations sont notées sur des colonies de sternes.

 

En 2007 le préfet de Loire Atlantique autorise son tire.

En 2008: les préfets de Loire Atlantique-Morbihan et Vendée renouvellent les tires.

 

cousin.pascal1.free.fr/ibis_invasion.pdf

046

Passage d'un chevalier culblanc.

048

055

Une visiteuse de l'hiver. La bergeronnette de Yarell.

Reconnaissable à son dos plus noir que la bergeronnette grise.  Elle fréquente les îles britanniques  l'été.

 

059

062

Yarell

066

Pipit farlouse

Farlouse

Sur le chemin du retour, les hérons garde boeuf côtoient les troupeaux. Ce petit échassier africain était absent de notre avifaune il y a quelques années. Depuis peu de temps, (1958 au sud de la France et en 1981 dans le nord.) il fréquente  les champs.

Garde boeuf

 

François

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 19:05

 

Une silhouette se dessine au sommet du donjon du château de Clisson (44), des cris retentissent mais c'est bien sûr, le Choucas est de retour sur son promontoire.

 

Choucas des tours 2 Olivier VANNUCCI

 

Le Choucas des tours est un petit corvidé (coloeus est un sous-genre de corvus), souvent appelé à tort corneille ou corbeau. Cette espèce vit souvent à proximité de l'homme. Il survole les bourgs en groupe en émettant des cris (Kia kia kian kian) particuliers qui lui ont donnés son nom (un même terme désignant chouette hibou et corneille : Kawa (oiseau "sombre") .

 

Choucas des tours 5 Olivier VANNUCCI

 

On le rencontre un peu partout mais il a besoin de falaises ou de bâtiments pour nicher. C'est un cavernicole qui utilise des cavités pour élever sa progéniture souvent haut perchée (dans les clochers, cheminées, ruines de château, falaises,...).

 

Choucas des tours 1 Olivier VANNUCCI

 

 

Si l'on observe de près l'oiseau, on apercevra son iris blanc (presque bleu), son bec fort et court et sa tête aux reflets argentés. Il est très grégaire et certains de ces comportements montrent un lien social important entre certains individus. Les individus qui composent le couple, restent fidèles tout au long de leur vie.

 

Il est omnivore et se nourrit de tout ce qu'il lui tombe sous le bec (invertébrés, détritus, pain,...).

 

Choucas des tours 3 Olivier VANNUCCI

 

 

On observe malheureusement la destruction de ses nids (certaines personnes le considère comme un nuisible) et la régression de l'espèce sur ses sites habituels de nidification. La pullulation des pigeons bisets domestiques monopolisant les cavités tout au long de l'année pour sa reproduction, limite la place disponible et amène à une disparition de certaines colonies de choucas des tours.

 

Choucas des tours 6 Olivier VANNUCCI

 

Cette espèce fait partie de notre patrimoine commun, pourtant elle passe inaperçue aux yeux de tous...La biodiversité "ordinaire" dépend souvent de l'Homme, la cohabiation se fait difficilement par méconnaissance des espèces (chauves-souris, oiseaux nocturnes et diurnes, insectes,...). Les constructions humaines sont perçues comme autant de sites de repos, de nidification, de développement par les espèces animales et végétales. En témoigne cet article.

 

Olivier

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
16 février 2012 4 16 /02 /février /2012 09:45

moulin de la bruère

Le Loir est pris par les glaces depuis 15 jours. Les endroits des barrages sont très fréquenrés par les oiseaux qui y trouvent des eaux libres.

024

059

Canard chipeau.

034

Grand cormoran

062 (3)

Le froid a ramené des espèces plus rares sous nos climats: les harles.

Le harle piette. 2 femelles

piette 1

piette 2

piette 3

049

055

Le harle bièvre. 

harle bièvre

bièvre 2

bièvre 2 bis

 

Pour d'autres oiseaux la glace restent un obstacle .

027

Mouette rieuse.

031 Poule d'eau.

colvert 13 fev

colvert sur la glace

Canard colvert.

ragondin 11 fev

Même le ragondin fait du patin sur la glace.

D'autres cherchent entre les plaques de neige des bribes de nourriture.

014

Vanneau Huppé.

018

Des bandes de fringiles ( pinsons ,bruants) profitent des trous dans la neige pour accéder au sol.

bruant roseau 1

bruant roseau 11 fev 2

048

043

Reposoir à grands cormorans.

François

 

 

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 18:20

Le mois de février commence avec de fortes chutes de neige. Cela est assez rare.

 041 (2)

 

 

040

Peu de lumière hélas. 

025

 

032

036-copie-1

060

zizi 29 janv

Pour terminer, le dure vie des nains de jardins l'hiver.

Que font les services publics devant un tel scandale !

064

François

 

 

 

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article