Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 08:46

Une fois n'est pas coutume, un article consacré à une espèce : le Plongeon imbrin (Gavia immer).

 

Depuis deux jours un Plongeon imbrin a élu domicile dans le chenal de Pen Bron entre la Turballe et le Croisic à l'entrée du Traict. Voici quelques images au lever du soleil !

 

Plongeon imbrin OV 1

 

Plongeon imbrin 2 OV

 

Plongeon imbrin 3 OV

 

Plongeon imbrin 4 OV

 

Petite ambiance sympathique pour débuter la journée !

 

L'hiver approche avec son cortège d'espèces nordiques, chouette !

 

Olivier et Claire.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
4 décembre 2012 2 04 /12 /décembre /2012 20:43

Malgré un ciel nuageux en cette matinée du 31 octobre, l’océan atlantique offre une palette de couleurs digne des mers des Caraïbes ou presque. 


IMGP8941

 

L’objectif de la journée,  attendre la marée basse pour pouvoir grimper tout en haut du Grand Mulon.

 

IMGP8938

 

L’après-midi, le ciel se découvre, la marée est basse, il est temps pour nous de grimper le Grand Mulon.


IMGP8987


La montée se transforme en course, attention aux algues glissantes, une chute est si vite arrivée, mais ... n’aura pas lieu. Le point de vue est superbe, d’un côté l’estran bien découvert, de l’autre, les plages de sable blanc.

 

IMGP8952

IMGP8951

 

La descente du Grand melon se fait avec prudence et nous nous attardons sur l’estran à la découverte de ce monde riche et méconnu.

IMGP8962

 

 

Nous trouvons un Marek fier de sa prise mais bien à l’abri des pinces de ce crabe quelque peu agressif.

 

IMGP8968

 

 

Nous observons de drôles de petits crustacés : Pisidia longicornis


IMGP8954

 

 

Une des techniques de camouflage de ce crabe est de se coller des morceaux d’éponges et d’algues sur le corps : Porcellana platycheles


IMGP8964

 

 

Alors que certains crabes préfèrent s’enfouir pour se dissimuler, certains au contraire très combattif cherche la confrontation comme ce Xanthe (Xantho incisus) :

 

IMGP8958

 

 

Un autre xanthe de la même espèce que précédemment, mais celui-ci arbore une couleur particulière et semble moins caractériel que ses congénères.

 

IMGP8960

 

 

Le Grapse marbré (Pachygrapsus marmoratus), un drôle de crabe aux allures carrées.


IMGP8984

 

Une drôle d’araignée à dix pattes (Inachus phalangium) :


IMGP8976

 

Et cette drôle de blennie, le mordocet (Lipophrys pholis) :

 

IMGP8975

 

La Team MB 

 

Morgane, Adeline, Olivier, Pauline et Marek

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Littoral
commenter cet article
29 novembre 2012 4 29 /11 /novembre /2012 17:00

Après une visite éclair de la ville de Québec (ah Madonna et 72 000 fans !!!), nous prenons la route vers le Nord en direction du Parc National de la vallée de la Jacques Cartier. A 45 minutes de Québec nous nous arrêtons tout d'abord à Stoneham sur les Marais du Nord. Ce site remarquable par ces milieux et sa forêt boréale nous réserve de belles rencontres !

 

Marais du Nord Olivier VANNUCCI

 

Le temps lourd et orageux ne facilite pas la randonnée et surtout accentue l'attaque des moustiques ! J'ai tenté le short et j'ai perdu (des centaines de piqûres sur les mollets). A partir du parking du chemin de la grande ligne, les sentiers sont balisés et donnent accès à des circuits thématiques link.

 

Rivière des Hurons Olivier VANNUCCI

 

A l'Est, le sentier de la Roche Plate et des Méandres permet l'observation de nombreux passereaux comme les parulines, mais aussi les grives, les jaseurs d'Amérique, les mésanges et le moqueur chat. Certains passereaux se poseront sur nous cherchant de la nourriture ! Les écureuils roux d'Amérique (Tamiasciurus hudsonicus) ne sont pas en reste, alarmant avec un cri "mitraillette", c'est assez surprenant. Comme le dit le panneau, si familiers !!!

 

intrus Olivier VANNUCCI

 

Dans la forêt boréale, les passereaux se déplacent en bande mixte. Les parulines se rapprochent petit à petit attirées par le ballet des mésanges à tête noire tout autour de nous.

 

La Paruline à gorge noire (Dendroica virens) :

A noter, les deux barres alaires nettes sur le gris, la tête jaune et le croupion jaune verdâtre et enfin le ventre blanc sale rayé de noir surtout sur la gorge sur les flancs.

 

Paruline à gorge noire Olivier VANNUCCI.

 

La même mais sous un autre éclairage.

 

Paruline à gorge noire Olivier VANNUCCI

 

La Paruline à flancs marron (Dendroica pensylvanica) :

Il s'agit ici d'un adulte avec la présence de la coloration brune sur les flancs.

 

Paruline à flancs marron ad Olivier VANNUCCI

 

La Paruline à tête cendrée (Dendroica magnolia) :

Espèce très commune, la tête cendrée avec un cercle oculaire blanc assez net, le ventre jaune rayé de noir et le dessous du croupion blanc.

 

Paruline à tête cendrée. Olivier VANNUCCI

 

La Paruline noir et blanc (Mniotilta varia) :

C'est une espèce surprennate par ses couleurs, l'oiseau est entièrement noir et blanc (digne d'un film muet du milieu du 20ème siècle ;-). Un acrobate hors pair aux pieds jaunes !

 

Paruline noir et blanc Olivier VANNUCCI

 

La Paruline obscure (Leiothlypis peregrina) :

Cette petite espèce ressemble un peu à nos pouillots, sauf le bec plus proche de celui des fauvettes.

 

Paruline obscure Olivier VANNUCCI

 

 

La Paruline à collier (Setophaga americana) :

Une des plus belles avec une gorge jaune orangée, le ventre blanc, tête grise avec la calotte et le dos verdâtre.

 

Paruline à collier Olivier VANNUCCI

 

Les autres sentiers à l'Ouest : le Marais et la Tourelle, abritent de nombreuses sittelles, des geais bleus, des viréos et également de nombreuses parulines.

 

Décharge du Lac Delage Olivier VANNUCCI (1)

 

La multitude d'habitats aquatiques est intéressante pour les amphibiens, mais au mois de septembre c'est le désert batrachologique. Plus loin sur la "décharge" du Lac Delage, un Canard noir (Anas rubripes) barbote à proximité de nous.

 

Canard noir Olivier VANNUCCI

 

Plus au sud, le lac s'étend aux pieds des collines couvertes de forêts. Nous apercevons un petit rapace rappelant un hobereau chassant les libellules et se postant sur des perchoirs dégagés.

 

Marais du Nord Olivier VANNUCCI

 

Il s'agit d'un Faucon émerillon (Falco columbarius) sur un sapin mort en bordure de lac. Ce comportement particulier que je ne connaissais pas chez nous en France m'a paru étrange. Mais il semble que l'espèce profite de cette quantité d'odonates disponible à cette période.

 

Faucon émerillon Olivier VANNUCCI

 

Dans le sous bois, une grive se laisse observer brièvement. Il s'agit de la Grive à dos olive (Catharus ustulatus), c'est un oiseau très discret.

 

Grive à dos olive Olivier VANNUCCI

 

Des jacassements se font entendre un peu plus loin, ils se rapprochent de nous petit à petit. J'entraperçois un oiseau d'un bleu vif, c'est un Geai bleu (Cyanocitta cristata). Il est magnifique et peu farouche.

 

Geai bleu Olivier VANNUCCI

 

Un autre curieux s'avance sur un tronc puis se pose à quelques centimètres de moi, c'est la Sitelle à poitrine rousse (Sitta canadensis).Plus petite que sa cousine torchepot, elle possède un bec court et légèrement retroussé.

 

Sittelle à poitrine rousse Olivier VANNUCCI

 

Sur le lac un couple de Huart à collier (Gavia immer) est en pêche. L'affluence des canoës ne facilite pas l'observation...

 

Lac Saint Charles Olivier VANNUCCI (1)

 

Attention, il faut faire gaffe où l'on pose les pieds en forêt !

 

Mais qui se cache sur la photo Olivier VANNUCCI

 

Crapaud d'Amérique Olivier VANNUCCI

 

Un Crapaud d'Amérique (Anaxyrus americanus) cherche sa nourriture dans la litière le long du chemin, sa peau moucheté se confond à la perfection avec le tapis de feuilles mortes et autres débris végétaux.La photographie est un peu ratée dommage !

 

Plus haut sur des rameaux secs, un drôle de piaf virevolte à la manière d'un gobemouche. C'est le Moucherolle des aulnes (Empidonax alnorum). C'est un oiseau étonnant par sa morphologie et surtout son bec.

 

Moucherolle des aulnes Olivier VANNUCCI

 

En lisière, un viréo très curieux se poste face à nous, il s'agit du Viréo de Philadelphie (Vireo philadelphicus).

 

Viréo de Philadelphie Olivier VANNUCCI

 

Prochain article sur le Parc National de la Vallée de la Jacques Cartier...

 

Olivier et Adeline

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 11:44

Les derniers jours de beau temps.

144

Les oiseaux hivernants ne sont pas encore tous présents.

penestin 4

penestin 3

Bernache cravant et goéland cendré.penestin 1

141

Bruant des roseaux.

penestin 2

Serin cini, Bruant zizi et ramasseurs de moules.

Le soleil n'éclaire pas longtemps, donc j'ai profité de sa présence pour pousser plus au sud vers les marais salants de la Mée.penestin 10

Peu d'oiseaux également.

penestin 11

penestin 12

penestin 6

penestin 7

penestin 9

Une chêvre et quelques moutons broutent dans les salines colonisées par la végétation.

penestin 8

Dans le bocage morbihannais, encore pas mal d'agitation.

penestin 5

Roitelets triple bandeau et Sitelle torchepot.

François

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Ornithologie
commenter cet article
10 novembre 2012 6 10 /11 /novembre /2012 08:28

Quittant Chambly pour une semaine en itinérance, notre première journée nous conduit à Québec en passant par Drummondville puis Saint Antoine de Tilly.


Drummondville Olivier VANNUCCI 

Drummondville au bord de la rivière Saint François, nous permet d’approcher une nouvelle espèce de limicoles : le Chevalier grivelé (Actitis macularius). Ce petit chevalier rappelle beaucoup son homologue du vieux continent le chevalier guignette. On arrive à les distinguer plus facilement en plumage nuptial, sinon l’espèce américaine a les pattes bien jaunes, le bec nettement bicolore (rosé à pointe sombre), la queue plus courte, en vol la barre alaire est plus étroite et il y a moins de blanc à la queue.

 Chevalier grivelé 1 Olivier VANNUCCI

Chevalier grivelé 2 Olivier VANNUCCI

Chevalier grivelé 3 Olivier VANNUCCI

Chevalier grivelé 4 Olivier VANNUCCI

 

Dans le parc à proximité du barrage, un oiseau mythique est posé, un Colibri à gorge rubis (Archilochus colubris) prend la pause ! Il s'agit ici d'un juvénile. Dès qu'il décolle un bourdonnement nous frôle les oreilles.


Colibiri à gorge rubis . Olivier VANNUCCI

Colibri à gorge rubis Olivier VANNUCCI

Un peu plus loin sur un tronc, une Sitelle à poitrine blanche (Sitta carolinensis)  regarde dans notre direction. 

 Sittelle à poitrine blanche Olivier VANNUCCI

 

Sur la lisière un Monarque s'est posé ailes repliées, quel magnifique papillon ! 

 Monarque ailes fermées Olivier VANNUCCI


Sur la rivière, les goélands à bec cerclés sont nombreux accompagnés de quelques grands hérons et cormorans à aigrettes.

 Grand Héron et compagnie Olivier VANNUCCI

 

Nous reprenons la route en direction de la rive sud du Saint Laurent et nous nous arrêtons aux marais de Saint Antoine de Tilly, ensemble de battures soumis aux aléas des marées. En longeant la berge, nous ferons décoller une Bécassine de Wilson (Gallinago delicata), elle se reposera plus loin mais impossible de la retrouver !

 Marais de Saint Antoine de Tilly Olivier VANNUCCI

 

A partir de la jetée nous avons un bon panorama sur le marais. Un jeune busard Saint Martin tente de capturer des bruants à plusieurs reprises mais sans succès, il filera vers le sud-ouest. Tous les goélands décollent paniqués, un Pygargue à tête blanche immature vient survoler les vasière puis disparaît.  


Busard Saint MartinOlivier VANNUCCI

 

Rendez-vous sur la rive nord du Saint-Laurent dans le prochain épisode !


Olivier et Adeline.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 15:45

Le bout du monde, vous connaissez ? C'est ici à Hoëdic link (reportage de TV Quiberon !)! Loin des tumultes du continent, des médias à oeillères qui colportent le pessimisme ambiant...

 

Le bout du monde Julien Sanson

 

Nous voici comme tous les ans au rendez-vous des oiseaux égarés sur une île bretonne. Une semaine bien profitable évitant les fortes précipitations du continent. Plus de 94 espèces ont été observées dont certaines peu communes.

Une tempête de vent de sud a malheureusement empêché la plupart des oiseaux migrateurs à faire halte sur l'île.

 

Plage de l'Argol Hoëdic Olivier VANNUCCI

 

Les plages sont vides de bipèdes, accueillant seulement le roulis des vagues accentuées par le vent de sud et les forts coefficients (107).

 

Le lendemain de notre arrivée, c'est la folie des passereaux, notamment des pouillots ! 9 Pouillots à grands sourcils seront notés (un record pour l'île), plus quelques raretés observées par la quinzaine d'ornithos présents. Arrivant par le Sémaphore et l'ouest de l'île, les oiseaux s'engouffrent ensuite dans les jardins en direction de l'est pour finir souvent à l'abri du vent dans la saulaie de la carrière.

 

Carrière et saulaie Julien SANSON

 

Pouillot véloce de type collybita.

 

Pouillot véloce Olivier VANNUCCI

 

Dans ce prunellier se cache un oiseau mystérieux, il n'a jamais mal au cou ! C'est le Torcol fourmilier (Jynx torquilla).

 

Torcol fourmilier Olivier VANNUCCI

 

 

Dans les jardins, les Gobemouches noirs (Ficedula hypoleuca) font ripailles en plongeant sur les derniers diptères formant des essaims au-dessus des potagers.

 

Gobemouche noir Olivier VANNUCCI

 

Un figuier bien garni fait le bonheur des frugivores locaux et migrateurs. Les étourneaux sansonnets, les merles noirs, les grives, les fauvettes à tête noire et l'Etourneau roselin (Pastor roseus) se gavent de figues sucrées.

 

Etourneau roselin Olivier VANNUCCI

 

Les rapaces ne sont jamais très loin ! Un jeune Epervier d'Europe (Accipiter nisus) tentera de capturer un moineau devant notre gîte, ce sera un échec, mais quelle obs !

 

Epervier d'Europe. Olivier VANNUCCI

 

D'autres rapaces sont présents sur l'île : Faucon pélerin, Faucon émerillon, Faucon crécerelle et Busard Saint Martin.

 

Faucon crécerelle Olivier VANNUCCI

 

Décollage de ce Faucon crécerelle (Falco tinnunculus), autant surpris que moi au niveau du champ où pâturent les chevaux camarguais.

 

Faucon pélerin imm. Olivier VANNUCCI

 

Ce jeune Faucon pélerin (Falco peregrinus) fait des allers-retours entre Houat et Hoëdic, survolant l'île et guettant les limicoles depuis le Grand Mulon. 

 

Lichens des rennes Hoëdic Olivier VANNUCCI

 

Sur la côte, les pipits se nourrissent dans les laisses de mer et sur la dune grise couverte de lichens (le paradis de Willy!). Un Pipit farlouse (Anthus pratensis) posté sur la jétée du vieux port se fait une place parmi les bergeronnettes grises.

 

Pipit farlouse Olivier VANNUCCI

 

Un peu plus à l'est, un pipit me pose question. Ses pattes couleur chair à orangé brun ne facilite pas sa détermination comme Pipit maritime (Anthus petrosus), il s'agirait peut-être d'un individu de la sous-espèce littoralis.

 

Pipit maritime Olivier VANNUCCI

 

Phare Hoëdic Olivier VANNUCCI

 

Du côté du phare, les mouettes rieuses se concentrent à marée haute picorant la laisse brassée par les vagues. Une Mouette mélanocéphale (Larus melanocephalus) sera repérée parmi ses congénères.

 

Mouette mélanocéphale Olivier VANNUCCI

 

De petits "gardes" jalonnent l'estran fouillant le moindre recoin, en vol leur croupion blanc les rendent plus facilement repérables. Souvent sur un promontoire, il se dressent, observent puis courent après leur proie. Ce sont les Traquets motteux (Oenanthe oenanthe) !

  Cache cache motteux Olivier VANNUCCI

Traquet motteux leucorhoa Olivier VANNUCCI

Traquet motteux . Olivier VANNUCCI

 

Mardi matin avec Claire, nous avons découvert un Tarier oriental (Saxicola torquatus maurus), je n'avais pas l'appareil photo donc merci à Philippe J. Dubois pour ces clichés souvenirs. Oiseau aux couleurs "froides" contrairement au tarier pâtre, rémiges bordées de blanc et surtout un croupion non écailleux de couleur beige chamois uni.

 

Tarier oriental PJD2

Tarier oriental PJD

 

La tempête de sud a soufflé sur nos côtes et dans les laisses de mer, la marée a déposé une sorte de méduses (neuston) appelée Galère portugaise (Physalia physalis) link. On dirait une forme de vie extraterrestre ;-) avec ses couleurs surréalistes.

 

Physalia physalis Julien SANSON

 

Une autre forme de vie de notre plancton marin s'est échouée également, les Vélelles (Velella velellalink (petite vidéo intéressante).

 

Velella velella Julien SANSON

 

Le rare Ormeau (Haliotis tuberculata) restera sous son rocher !

 

  Ormeau Julien SANSON

 

Enfin voici notre compagnon de la semaine, passe-partout :

 

Troglodyte mignon Olivier VANNUCCI

 

La ronce ou désespoir du chat, est un perchoir idéal pour le Troglodyte mignon (Troglodytes troglodytes) !

 

Arc en ciel Hoëdic Olivier VANNUCCI

 

Bref un pur moment de bonheur pour tous et à toute heure !

 

 Julien (le chef cuisinier), Claire (la cueilleuse de plantes sauvages), Adeline (la pêcheuse de crevettes) et Olivier (le trouveur de Tarier oriental).

 Sans oublier Philippe et Elise s'ajoutant à la biodiversité de l'île ;-)

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Les Iles
commenter cet article
26 octobre 2012 5 26 /10 /octobre /2012 05:38

Pour ce deuxième article, nous restons dans le sud du Québec.

 

De retour de Sherbroock (région des Cantons de l’Est), nous nous arrêtons au nord du Lac de Memphrey Magog, au marais de la Rivière aux Cerises link. C’est un ensemble de marais tourbeux traversés par la plus longue passerelle sur pilotis aménagée au Québec.

 

Voici une vue du marais :

 

Marais de la Rivière aux Cerises passerelle

 

Au départ du sentier, un petit bois abrite de nombreux passereaux dont le Pic mineur (Picoides pubescens) piquetant le tronc d’un cyprès à quelques mètres de nous, à contre jour, nous apercevons seulement sa silhouette. Un Chardonneret jaune (Carduelis tristis) décortique un lichen sur un arbre mort juste au-dessus de nous.

 

Pic mineur Olivier VANNUCCI

 

Chardonneret jaune Olivier VANNUCCI

 

Nous arrivons sur un premier petit étang où quelques Tortues peintes (Chrysemys picta) se dorent la pilule, ce milieu très favorable au Petit blongios avec sa ripisylve dense en roseaux, nous permet uniquement d’observer son cousin le Héron vert (Butorides virescens), ici un adulte, profitant du soleil couchant.

 

Tortues peintes Olivier VANNUCCI

 

Héron vert Olivier VANNUCCI

 

Butorides virescens Olivier VANNUCCI

 

Dans le marais, c’est très calme, la fin d’après-midi venteuse ne facilite pas le repérage des oiseaux, de petits cris retentissent des osmondes royales, il s’agit certainement d’un rallidé mais pas possible de l’identifier. Un observatoire donne sur une petit pièce d’eau au cœur de la tourbière. Sur le moment je ne remarque qu’un canard colvert au premier plan, puis une forme longiligne et statique se détache au fond, oui c’est bien lui un Butor d’Amérique (Botaurus lentiginosus) en pleine pêche ! Il ne sembla pas déranger par notre présence (25 mètres).

 

Butor d'Amérique Olivier VANNUCCI

 

Marais de la Rivière aux Cerises végétation

 

L’heure tourne et nous devons rejoindre Chambly avant la nuit tombée. Au niveau de la forêt boréale je m’arrête un instant pour observer une paruline. Je pshitte et là un groupe de plusieurs espèces déboulent en compagnie de mésanges à tête noire : Paruline flamboyante, Paruline à flancs marron, Paruline à croupion jaune, Paruline à tête cendrée, Paruline rayée et Paruline masquée.

 

Paruline flamboyante Olivier VANNUCCI

 

Paruline flamboyante (Setophaga ruticilla) femelle ou premier hiver, bien curieuse elle s'approchera plus que le mâle bien farouche ci-dessous.

 

Paruline flamboyante mâle Olivier VANNUCCI

 

Pas de meilleure image du mâle de Paruline flamboyante, mais voici tout de même un cliché de l'oiseau.

 

Paruline à flancs marron Olivier VANNUCCI

 

Pour le plaisir des yeux et je comprends la surprise du découvreur de cette paruline sur l'île de Sein, quand on connaît ses couleurs iréelles ! Voici la Paruline à flancs marron (Dendroïca pensylvanica).

 

Paruline à tête cendrée Olivier VANNUCCI

 

La Paruline à tête cendrée (Setophaga magnolia) s'approche avec méfiance, mais elle ne quittera pas son buisson.

 

Paruline masquée . Olivier VANNUCCI

 

Paruline masquée Olivier VANNUCCI

 

La Paruline masquée (Geothlypis trichas) se fait plus discrète restant souvent à couvert. Pourtant elle émet un cri puissant facilitant alors sa recherche.

 

Urubu à tête rouge Olivier VANNUCCI

 

Nous finirons la journée par l’observation d’un Urubu à tête rouge (Cathartes aura) cerclant au-dessus du parking.

 

Olivier et Adeline.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 18:00

Quelques photos et dessins de la montagne haute savoyarde.910

Le moiré fascié sur une tourbière d'altitude.

866

Le long d'un paturage le moiré variable.

848

Les prairies des alpages sont des paradis pour les orthoptères.

Decticelle bariolée

835

Dectique 

 

898

criquet des genévriers.

Ici le mâle de petite taille et la femelle.

842

907

La clarine :vache des alpages.

908

François

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 15:34

Après un voyage d'une quinzaine de jours au Québec (du 26 août au 9 septembre), voici les premières images d'un pays riche de son environnement écologique, culturel et linguistique !

Nous avons donc "miroisé" en présence de quelques ornithologues locaux et avons parcouru plus de 2000 kilomètres à la rencontre de près de 150 espèces d'oiseaux. Cependant les plus grosses bêtes nous ont passsous le nez, ni caribous, ni orignaux et ni ours.

 

Mais ce périple fut rempli de paysages à couper le souffle et de rencontres imprévues.

 

Le premier épisode présente l'observation des oiseaux dans la vallée de la rivière Richelieu entre Montréal et la frontière des Etats-Unis. De nombreux passereaux sont en migration et le vent de sud permet de maintenir un climat estival frôlant les 30°C certains jours.

 

Nous voici en direction de Philipsburg, Chemin des Patriotes à la 13eme Avenue sur un secteur de marécages arborés (forêt alluviale) et sur la 16ème Avenue sur un marais à quenouilles (massettes) plus ouvert.

 

Héron vert vol Olivier VANNUCCI

 

Le long d'un petit canal perpendiculaire à la Rivière Richelieu, nous rencontrons le magnifique Héron vert (Butorides virescens), ici un juvénile qui manquera de se faire enserrer par un Epervier de Cooper. Le Martin pêcheur d'Amérique (Megaceryle alcyon) impressionnant par sa taille se posera à quelques mètres de nous, non loin d'un Chevalier solitaire fouillant la vase.

 

Héron vert juvénile Olivier VANNUCCI

 

Martin pêcheur d'Amérique Olivier VANNUCCI

 

Un petit cri nous accompagne depuis le début, c'est le Bruant des marais (Zonotrichia georgiana) peu farouche. Il restera visible quelques minutes, avant de disparaître.

 

Bruant des marais Olivier VANNUCCI

 

 

Un peu plus loin, c'est au tour de la Paruline des ruisseaux (Parkesia noveboracensis) qui restera à l'abri des touffes de carex et des fougères. Des moucherolles des aulnes chassent à la manière de gobemouches postés sur leur branche morte.

 

  Tourterelle triste Olivier VANNUCCI

 

En bordure de jardin nous apercevons la Tourterelle triste (Zenaida macroura) avec sa queue effilée et ses taches caractéristiques, puis un "agent" des télécoms un peu particulier inspecte le poteau à 4 mètres de nous (splendide !!!). Il s'agit du Pic maculé (Sphyrapicus varius).

  Pic maculé Olivier VANNUCCI

 

Sur le bord du chemin nous croisons une libellule bien exotique pour nous avec des tâches de couleur sur les ailes.

C'est la Libellule gracieuse  (Libellula pulchella). Merci à Michel Cournoyer pour la détermination.

 

Libellule lydienne Olivier VANNUCCI

 

 

Arrivés à Philipsburg, nous allons observer les oiseaux sur la baie Missisquoi le long d'une plage située au nord-est, dans un camping. Les niveaux d'eau ont baissé ces derniers temps et ce site est propice aux haltes des limicoles. Une forte odeur de marée est portée par un vent chaud (des quantités importantes de moules d'eau douce se décomposent).

 

Baie Missisquoi

 

Un Bécasseau roussâtre / rousset (Tryngites subruficollis) est d'ailleurs présent (espèce considérée comme rare ici aussi). Il avait été signalé la veille.

 

Bécasseau roussâtre Olivier VANNUCCI

 

Bécasseau roussâtre Olivier VANNUCCI

 

Et après, nous observons le cortège de limicoles espérés tous les automnes par les ornithologues européens !-)  : Bécasseau à poitrine cendrée / Bécasseau tacheté (Calidris melanotos), Bécasseau semipalmé (Calidris pusilla), Bécasseau minuscule (Calidris minutilla), Petit chevalier / Chevalier à pattes jaunes (Tringa flavipes), Bécasseau de Baird (Calidris bairdii), Bécasseau sanderling (Calidris alba) , Pluvier Kildir / Gravelot Kildir (Charadrius vociferus), Pluvier semipalmé / Gravelot semipalmé (Charadrius semipalmatus).

 

Petits Chevaliers et Bécasseau à poitriné cendrée Olivi

 

Petits chevaliers et Bécasseau à poitrine cendrée.

 

Bécasseau semipalmé Olivier VANNUCCI

 

Bécasseau semipalmé.

 

Bécasseau minuscule Olivier VANNUCCI

 

Bécasseau minuscule.

 

Bécasseau de Baird 1 Olivier VANNUCCI

Bécasseau de Baird 2 Olivier VANNUCCI

 

Bécasseau de Baird.

 

Pluvier Kildir Olivier VANNUCCI

 

Pluvier kildir.

 

Gravelot semipalmé Olivier VANNUCCI

 

Pluvier semipalmé.

 

A Saint Armand, nous explorons quelques jardins boisés, les Cardinaux rouges sont discrets mais on les répère facilement à leurs cris. Nous nous arrêtons pour pchitter devant un buisson à la manière d'un jacassement de pie bavarde. Là, au bout de 30 secondes, des parulines noir et blanc, masquée et à gorge noire se montrent ainsi qu'un Viréo à oeil rouge.

 

Viréo à oeil rouge Olivier VANNUCCI

 

Cimetière Saint Armand

 

Depuis le cimetière, nous contactons une nouvelle espèce, la paruline flamboyante.

 

Près de la frontière, se trouve un sanctuaire pour les oiseaux, au niveau de l'étang Streit (étang que l'on aperçoit au fond du cimetière), l'accès se fait par la rue Quinn à l'est.

 

Ce marais abrite des rallidés non-observés à cette époque et plusieurs espèces fréquentant les bois et prairies attenantes. Un magnifique lépidoptère butine dans les centaurées, c'est le Papillon du céleri (Papilio polyxenes).Et son cousin migrateur, le Monarque (Danaus plexippus) fera une halte, avant de continuer sa descente vers des latitudes plus chaudes.

 

Papillon du céleri Olivier VANNUCCI

 

Monarque Olivier VANNUCCI

 

Sur le retour, nous croisons une troupe de Dindons sauvages (Meleagris gallopavo) dans une prairie au bord de la route. C'est vraiment des dindons, avec un air aussi intelligent que leurs cousins de basse-cour !

  Dindons sauvages Olivier VANNUCCI

 

Nous ferons un arrêt à l'île aux Noix, sur la marina Gosselin ; de là, nous observerons jusqu'à 7 Balbuzards pêcheurs (Pandion Haliaetus).

Sur un fil électrique, une Buse à queue rousse (Buteo jamaicensis) coopérative se laissera prendre en photo malgré le trafic routier...

 

Buse à queue rousse Olivier VANNUCCI

 

Merci à notre guide Pierre Bannon.

 

Olivier et Adeline.

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Monde
commenter cet article
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 18:30

Entre Nice et les hauteurs du Mercantour, les vallées sont très profondes. Probablement à cause de l'étroitesse des vallées et de la pente, les villages se retrouvent perchés et très isolés. D'importantes voies de passage parcouraient ces hauteurs dès le Moyen- Age.

157

Ilonse 1146 m

      Fondé au XI s Ilonse présente de petites rues et surtout un magnifique panorama sur l'axe central de la chaîne du Mercantour.

590

Gourdon

Perché à 760 m sur les premiers contreforts montagneux. Une vue sur 80 km de côte. Splendide!

594

Bouyon: 650 m. sur les contreforts du mont Cheiron

597

Coursegoules: 1000 m

 

601

 

076

Pie grièche écorcheur.

346

Euscorpius carpathicus

722

Scutigère véloce

Entrevaux :petites rues  et place sous les platanes. Un ilot de fraicheur dans la fournaise du midi.

015 (2)

Les maisons emboîtées et rues étroites à Saint martin de Vésubie. 

011 (2)

La vieille ville de Nice. 

018 (2)

NICE: poisson Saint Pierre et linge qui sèche aux fenêtres.

019 (2)

Nic.Le marché aux fleurs . Croquis rapides.

017 (2)

Un petit tour à Grasse.Le pays des fleurs et des odeurs.

042 (2)

589

Le brun du pélargonium .Ce petit papillon vit en Afrique du sud.

Il a été introduit aux Baléares et a envahi depuis de nombreux pays. Maroc-Espagne.

Il continue sa remonté vers le nord. Il a été vu en Suisse et en Belgique. En France il est apparu en 1997.

Facile sa plante hôte est le célébre géranium qui fleurit sur nos balcons.

011 (3)

Roubion. 1300 M

013 (3)

Auvare 1247 M

En haut de la vallée de la Roudoule. Ce village n'a que 2 habitants l'hiver.

 

014 (3)

Ilonse.

François

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Montagne
commenter cet article