Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 08:53

Arcyptera fusca 

Ce petit article devait paraître plus tôt, en tout cas pendant la période où les orthoptères sont encore présents (hélas ce sera sous le froid et la neige que ces petites bêtes vous seront présentées).
Dans ce groupe taxonomique, on rencontre deux familles : les ensifères (grillons et sauterelles) et les caelifères (criquets). Ces insectes sont présents partout, ils ont su s'adapter aux conditions des différents milieux colonisés (des milieux secs aux zones humides, du littoral aux alpages). Le criquet ci-dessus est l'Arcyptère bariolée (Arcyptera fusca) répandu à moyenne altitudes (Alpes, Cévennes et centre des Pyrénées). Son chant ressemble à une voiture à friction roulant, avec un départ très rapide qui s'atténue par la suite. Ici un individus sur du shiste dans le Vallon de Fournel (Hautes Alpes).

Psophus stridulus 

Autre criquet bien présent dans cette région, l'Oedipode stridulante (Psophus stridulus). Il est reconnaissable à son pronotum possèdant une carène médiane longitudinale évasée de chaque côté (le pronotum "se creuse" sous la carène). Espèce de grande taille pouvant atteindre les 40 mm. Cette oedipode émet un fort claquement de crécelle quand il décolle en laissant apparaître également le rouge de ses ailes postérieures. Cette espèce est en fort déclin !

Chorthippus scalaris 

Le plus bruyant des Chorthippus (un des genre des criquets), le Criquet jacasseur (Chorthippus scalaris) qui émet un chant mélangeant crécelle et maracas, éviter de planter votre tente à proximité d'un groupe de "jacasseur", sinon fini la sieste ! On le rencontre dans les milieux ouverts des massifs montagneux (alpages, pelouses, etc).

Antaxius pedestris 

Changeons de famille, petit tour chez les ensifères, voici l'Antaxie marbrée (Antaxius pedestris) une petite "sauterelle" qui vit à proximité des éboulis de pierre (sa couleur suggère le camouflage minéral !). Elle est surtout présente dans le massif des Alpes.

Polysarcus denticauda 

Le "monstre" des sauterelles, l'Orphanie ventrue ou Barbitiste ventru (Polysarchus denticauda) de taille impressionnante elle fréquente le Massif Central sur des milieux de prairies à hautes graminées. Cette femelle se confond avec la végétation.

Stethophyma grossum 

Les zones humides ont aussi leur cortège d'espèces, ici un accouplement de Criquet ensanglanté (Stethophyma grossum). Cette espèce colonise les prairies humides à cariçaie (préférant le pâturage extensif à la fauche) ou  certaines prairies tourbeuses, très sensible au chagement des habitats, elle est en déclin dans de nombreuses régions. On remarquera sur ce cliché l'importante différence de taille entre les sexes. Les couleurs des individus varie du vert pomme au rose-rouge (évocateur du sang).

Metrioptera roselii 

La Decticelle bariolée (Metrioptera roselii), cette sauterelle a un large spectre d'habitats allant de la prairie humide à la pelouse sèche. Elle est reconnaissable à ses lobes latéraux du pronotum bordés de blanc ou de jaune pâle.

Mecostethus parapleurus 

Une espèce plus caractéristique des prairies humides, le Criquet des roseaux (Mecostethus parapleurus) que l'on rencontre souvent en compagnie du criquet ensanglanté et du conocéphale des roseaux (Conocephalus dorsalis).
Lui aussi fréquente les cariçaies et autres tourbières alcalines. Il est reconnaissable à ses lignes noires partant de l'oeil jusqu'à la zone médiane des tegminas.

Gomphocerippus rufus 

Le Gomphocère roux (Gomphocerippus rufus) est présent dans des habitats mésophiles par exemple les clairières et les orées forestières. Facile à reconnaître, en observant le bout des antennes teinté de blanc en forme de massue. Ici nous voyons un individu "juvénile", les ailes ne se sont pas encore développées.

Platycleis tessellata 

La Decticelle caroyée (Platycleis tessellata), une espèce thermophile présente dans les milieux arides, notamment sue les pelouses sèches. Les rayures blanches marquées ornant le tegmina, font partie des critères de détermination ainsi que sa petite taille.

Oedaleus decorus

 

L'Oedipode souffrée (Oedaleus decorus) clôturera cet article ! On le rencontre sur des habitats secs voire très secs, landes sèches sur sable, steppes ou garrigues.
Le pronotum possède une forme cruciforme plus ou moins marquée suivant les individus, les tibias postérieurs sont rougeâtres et la couleur des ailes postérieures est jaune verdâtre souffrée, d'où son nom.

Il faudra encore attendre quelques mois avant de revoir ces petites bêtes...

Olivier

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article

commentaires

Laurent Pélozuelo 21/02/2012 16:53

Bonjour,
Concernant la photo attribuée à l'oedipode souffrée il y a un problème d'identification : ce n'est pas la bonne bête. Pour rencontrer ce criquet fréquemment je suis sur de ce que je dis, en
revanche je ne saurai dire quelle espèe à été prise en photo.

Naturalistes 22/02/2012 08:45



Effectivement, il s'agit en fait de Aiolopus thalassinus (Oedipode émeraudine) merci pour votre attention, un vrai cliché d'Oedipode souffré devrait arriver prochainement.


Naturellement