Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 11:19

Depuis la route menant vers le volcan de la Fournaise, les reliefs s'imposent par leur grandiosité... ou du moins les contre-reliefs. Le paysage radical aux dénivelés remarquables découlent en effet de l'érosion toujours plus forte de ces roches volcaniques poreuses et fragiles.

La rivière des remparts en est un des plus beaux exemples du sud sauvage.

Notre parcours commence depuis la route du volcan et l'objectif est de rejoindre le village du fond de la rivière: Roche Plate, ici perdu dans l'obscurité du petit matin, au fond de la vallée.01 départ

Nous quittons la végétation éricoïde des plateaux exposés aux vents. Au milieu des Tamarins des hauts (de couleur vert vif), on se rapproche de boisements plus particuliers: la forêt de bois de couleurs porte bien son nom tant la texture et la couleur des feuillages est hétérogène.

02 bois de couleur

Selon les secteurs de l'Ile, telle ou telle espèce prend la dominance. Ici c'est le petit Mahot (Dombeya ficulnea) qui s'exprime le plus.

03Dombeya ficulnea

Mais comme dans tout les peuplements primaires, l'espèce dominante laisse une large place aux autres espèces, ici le bois de Laurent-Martin (Forgesia racemosa)...

04 Forgesia racemosa

... ou encore le bois de fer Bâtard (Sideroxylon borbonicum)!

05 Sideroxylon borbonicum

 

Une fois passé ce petit paradis végétal, la perte d'altitude entraine l'évolution habituelle: l'ancienne exploitation du milieu par l'homme, puis la déprise laisse les paysages se revégétaliser par des espèces au développement rapide, mais non originaire de l'ile, Mimosas et Galabert s'imposent au détriments des espèces locales.

06 DSCN4045

En continuant quelques insectes profitent de la température de milieu de matinée: les charençons (Cratopus sp.) représentent un groupe important à la Réunion. On en voit des petits comme la tête d'une épingle comme de "géants" comme ceux là, qui font presque 15 mm de long

07 cratopus sp

Les papillons me laissent peu de temps pour les prendre en photo: euroma floricola sur Change-écorce (Aphloia theiformis), et  l'Azuré du galabert (zizula hylax- le plus petit azuré présent sur l'Ile) sur sa plante hôte.

08 euroma floricola09zizula hylax

Une bombe tourne autour de moi et fini par ce poser:  zygonix torrida, indigène sur l'Ile (seule une espèce d'odonate est endémique).

10 zygonix torrida

 

Nous arrivons à Roche -Plate. Le village est abondonné depuis les années 60 où un effondrement spectaculaire avait créer un barrage naturelle, formant en amont un lac. Les habitants avait fuit ce village reculé, à 4h de marche de la ville principale.

L'activité reprend sous forme de quelques exploitations et d'accueil touristique, facilité aujourd'hui par une piste carrossable, utilisé par les 4x4 et camions tout terrain.

11 DSCN4065

Nous retournons sur nos pas et quelques espèces d'oiseaux accompagnent notre ascension:

le merle pays (Hypsipetes borbonicus),

12 DSCN4069

le Papangue ou Busard de Maillard (Circus maillardi),

13 DSCN4076

ou encore le zoizo la vierge ou Terpsiphone de Bourbon (Terpsiphone bourbonnensis bourbonnensis), tous endémiques de la Réunion.

14 DSCN4095

Une pose s'impose avant l'ascencion la plus rude. Comme toujours lors de l'été austral, l'après midi se poursuivra sous la pluie!

15 DSCN4098

Benoit

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Les Iles
commenter cet article

commentaires