Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 17:00

Et oui, les Cévennes ce pays mythique pour les naturalistes et autres passionés de nature et de paysages. J'ai enfin eu l'occasion de découvrir ce pays généreux avec les Naturalistes !

 

C'est le début d'une série sur les Cévennes, nous commencerons par la partie sud côté Gard avec son accent méditerranéen (c'est la limite entre la garrigue et les zones plus froides dès que l'on passe le Mont Aigoual en direction de la Lozère). La météo pluvieuse de juin m'a permis d'observer encore beaucoup d'insectes et autres bestioles que l'on côtoie rarement au nord de la Loire.

 

Taleyrac 

 

Voici Taleyrac et ses terrasses cultivées, appelées bancelles. Ici c'est l'AOC Oignons doux des Cévennes qui permet de maintenir ce paysage qui peu à peu se ferme !

D'un point de vue géologique nous sommes sur les roches métamorphiques (d'où la présence de granit sur les maisons), les chênes verts poussent en nombre sur les pentes. De grands bâtiments longs (Les Magnaneries) rappellent le passé de la culture du ver à soie (sériciculture). On a cultivé pendant longtemps les mûriers (plante hôte de la chenille), aujourd'hui ils sont le vestige de cette activité lointaine.

 

L'entomofaune est riche surtout pour les rhopalocères et les orthoptères :

 

Tylopsis lilifolia

 

Difficile à repérer dans la végétation, le Phanéroptère liliacé (Tylopsis lilifolia) reconnaissable à son pronotum ; ce phanéroptère est commun en méditerranée.

 

Sepiana sepium

 

Une autre ensifère, la Decticelle échassière (Sepiana sepium) avec ses immenses pattes postérieures qui lui permettent de se faufiler rapidement dans la végétation.

 

Coenonympha dorus

 

Un petit papillon de la famille des fadets, qui passe inaperçu dans la lande sèche mais en le regardant de plus près, on s'aperçoit que ses ailes sont de petits joyaux. C'est le Fadet des garrigues (Coenonympha dorus).

 

Notre Dame de la Rouvière

 

Voici la vue sur la vallée de Notre Dame de la Rouvière, ce petit village est le départ pour le col de l'Asclier où l'on a une vue imprenable sur les Cévennes !

 

Rocher de l'aigle

 

Le calme ne règne pas longtemps, dès que le soleil cogne et que le vent se calme, les Cigales commence leur concert lancinant.

 

Tettigetta argentata.

 

De nombreuses espèces sont présentes dans le sud, en voici une assez commune. La cigale de l'orne (Cicada orni), posée sur les troncs de chênes verts souvent invisible elle lance son kssss kssss kssss kssss...

 Tettigetta argentata

 

Un syrphe géant butine dans les lavandes, c'est la Milésie faux frelon (Milesia crabroniformis). Une espèce méridionale qui remonte petit à petit vers le nord !

 

Milesia crabroniformis 

Avec toute cette chaleur et des températures dépassant les 30°C à l'ombre, la nuit venue de nouveaux habitants hantent le paysage :

 

Eusorpius flavicaudis

 

Ce petit scorpion qui se cachait toute la journée dans les fissures sort à la rencontre de ses congénères ou part à la chasse aux insectes, c'est le Scorpion noir à pattes jaunes (Euscorpius flavicaudis).

 

Gryllomorpha dalmatina

 

Un autre habitant nocturne, c'est le Grillon des bastides (Gryllomorpha dalmatina). Un beau grillon de belle taille, ici une femelle.

 

Cerambyx cerdo

 

Et enfin un hôte des arbres sénescents, le grand Capricorne (Cerambyx cerdo) très commun, volant au crépuscule avec ses pattes pendantes.

 

Olivier, Adeline et Denis.

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes - dans Insectes
commenter cet article

commentaires