Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2009 3 06 /05 /mai /2009 16:08

Petit séjour au coeur du Finistère, loin des embruns, au milieu des landes, des tourbières et des chaos granitiques...


Les Monts d'Arrée forment un ensemble de crêtes totalement dénudées (les sommets culminent à 380 mètres !) ; où y propspèrent la callune, l'ajonc de Legall, la molinie... Au centre une cuvette, appelée Yeun Ellez aujourd'hui recouverte en partie par un lac. ce lac a été créé lors de l'implantation d'une des toutes premières centrales nucléaires à la fin des années 1960 (merci à Blaise Paul), aujourd'hui elle est en "déconstruction".

 


Au Nord Est du lac de Brennilis se situe la réserve naturelle du Vénec, c'est un vaste ensemble tourbeux. C'est notamment une des dernières tourbières bombées de Bretagne. En périphérie on rencontre une végétation particulière dite "lagg", c'est un ensemble de touradons de molinie inondée formant une ceinture. Au centre les sphaignes sont très présentes, c'est elles, qui en croissant donnent l'aspect bombé à la tourbière. 

 

 

 


Les sphaignes sont des mousses, elles ont la particularité de se gonfler d'eau un peu comme des éponges.

 

 

 

 


Petite curiosité dans la lande humide, ce rond de sorcière constitué de jonc squarreux (Juncus squarrosus) !

 

 

 

 




Une chenille se nourrissant de callune avec une touffe de poils à chaque extrèmité du corps, à déterminer.

 

 

 

 


Une plante originale est peu courante, le piment royal (Myrica gale).

 

 

 

 


Quittons, les landes et tourbières pour les chaos, des immenses blocs de granit entassés formant des cascades de pierres, l'eau y serpente discrètement souvent cachée, on l'entend surtout.

 

 

 

 


Dans les zones plus calmes, le paysage est féérique, il ne manque plus que les petits êtres de la nuit...

 

 

 

 


Une fougère peut commune s'y développe l'Hymenophyllum (Hymenophyllum sp.), elle pousse à même le granit avec les mousses.

 

 

 

 


Sur les petits cours d'eau le castor d'Europe est bien présent, ici il est obligé de construire des barrages pour que l'entrée de son terrier reste toujours immergé. Celui-ci fait 90 cm de haut pour 2 m de large.

 

 

 

 


Les chrysomèles s'activent, la lutte acharnée des mâles pour trouver une partenaire est relancée dès que le soleil esquisse un sourire entre deux nuages.

 

 

 

 


Et pour finir une petite fleur, la violette des marais (Viola palustris).

Olivier

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Naturalistes
commenter cet article

commentaires

Blaise Paul 08/09/2014 12:03

la centrale nucléaire date des années 60 ( à vérifier) et non des années 80

apprentiecharpente 08/06/2013 18:02

étonnant ton blog;...Les photos sont magnifiques...

Adeline 07/05/2009 10:05

Très bel article, qui reflète bien l'ambiance particulière qui règne dans cet endroit inédit pour moi ... L'imaginaire s'enclenche au rythme de la course des nuages, et il n'est pas rare de voir un Korrigan se faufiler entre deux touradons. Avis aux amateurs de légendes, de grand air, de paysage ... et de bonne chair !
Adeline